Décryptage

Pour le sociologue Olivier Bobineau, la pédophilie des prêtres est favorisée par le statut sacré  que leur confère l’institution ecclésiastique.

Un prêtre, ami de ce site, nous a envoyé un texte formidable écrit par le père Servais Pinckaers, un dominicain belge, sur les notions de pardon et de justice. Combien de victimes d’abus (tant sexuel que psychologique, spirituel et financier), après avoir commencé à se plaindre auprès de l’Eglise, se sont entendues répondre : « Maintenant, il faut que vous pardonniez » (Comprendre : « foutez nous la paix ! »). Comme si le pardon à l’égard du clergé était un dû et n’exigeait pas de justice.

propos recueillis par Jean-Pierre Denis

Confronté à la souffrance d’un proche, l’intellectuel catholique Yves Hamant tente de faire entendre les voix des victimes d’abus de pouvoir au sein des communautés religieuses. Un engagement difficile.

A la fois touchés dans nos fils victimes d’un prêtre pédophile et trahis dans l’amitié que nous avons eue avec le « prédateur » ; à la fois très à l’écoute de toutes les révélations qui éclatent comme les champignons sortent de terre à l’automne, à la fois éblouis par la démonstration rigoureuse faite par le récent film Spotlight, nous avons réfléchi, une fois de plus, avec sérieux aux dommages causés par la pédophilie dans l’Église et aux responsabilités des acteurs

Le père Joseph Comblin (1923-2011) était un prêtre missionnaire belge (naturalisé brésilien) très investi dans l’action sociale. Dans un livre publié à titre posthume en 2012 (« O Espírito Santo e a Tradicao de Jesús »), il analyse avec lucidité l’essor inquiétant de mouvements sectaires au sein de l’institution ecclésiale.

La commémoration de la libération du camp d’Auschwitz a provoqué un certain nombre de cérémonies et d’articles. On ne saurait, en la circonstance, faire l’économie d’une réflexion sur ce qu’est le négationnisme ainsi que sur son expression abâtardie et heureusement affaiblie que nous rencontrons constamment à propos de la dérive sectaire et qui s’appelle le déni de réalité.

Le journal La Croix vient de publier un article de synthèse sur les dérives sectaires au sein de l’Église. Il est solidement documenté et constitue une introduction sérieuse à cette problématique. Il appelle toutefois deux remarques.

L’une des choses les plus troublantes dans l’appréhension du phénomène sectaire, c’est la raison du silence des anciens adeptes. L’ICSA a mené une enquête auprès d’anciens adeptes afin de mieux comprendre les mécanismes de ce phénomène complexe, et d’une terrible perversité.

Quelle valeur donner aux témoignages des anciens adeptes de communautés sectaires ? C’est sur la réponse à cette question épineuse que se joue en dernière instance la valeur des études sur le sectarisme. Le sociologue canadien Stephen Kent, après avoir étudié ce phénomène pendant plus de 30 ans, a voulu répondre à cette question lors du congrès de la FECRIS de 2011, à Varsovie.

L’Église du Christ n’est pas une entreprise qui serait plus ou moins livrée aux aléas du marché mondial. Elle a sa source permanente dans le cœur de Dieu, dans le mystère pascal du Christ et dans la force de l’Esprit Saint qui est toujours le Maître de l’impossible.

Le service « Pastorale Dérives Sectaires » de la Conférence des Évêques de France, dirigée par sœur Chantal-Marie Sorlin, a récemment établi un document permettant d’évaluer les déviances sectaires dans une communauté religieuse, à travers un certain nombre de critères. Nous nous réjouissons de ce précieux document, qui est un immense pas en avant dans la cause que nous défendons.

Il y a quelques jours, une internaute (qui écrit sous le nom de « Marie-Pierre » et de « Colère ») a publié une série de commentaires assez désobligeants à l’égard du travail d’information et de prévention que nous réalisons sur ce site internet. En dernière instance, son argumentation pourrait se résumer à : « L’Église ne peut pas se tromper, donc toutes vos allégations ne sont que des calomnies. » Une telle présomption pourrait presque faire rire si celle-ci n’avait pas été la raison principale de tant d’erreurs commises au cours des dernières décennies…

L’action que l’Eglise exerce sur les hommes, et particulièrement sur les fidèles, serait-elle assimilable quant à la méthode à celle qu’exerce un Etat totalitaire sur ses sujets ? N’y aurait-il entre elles qu’une différence essentielle, celle des fins poursuivies ? La question est d’importance.

Le père Arnaud de Rolland, s.j., supérieur du centre de Manrèse, à Clamart, nous initie aux règles de discernement spirituel élaborées par le grand Ignace de Loyola, fondateur de l’ordre des jésuites.

Aux antipodes des gourous obsédés par le besoin de faire du chiffre - pour faire bonne figure devant la hiérarchie - il y a les grands maîtres spirituels, comme Saint Ignace de Loyola, qui nous offrent les clés d’un bon discernement. Une conférence édifiante du père Arnaud de Rolland, sj.

Celui qui se penche sur la question des études sur le sectarisme découvre bien vite qu’il n’y a sans doute aucun domaine aussi controversé que celui-ci. Les dirigeants de l’ICSA (International Cultic Studies Association), qui assistent depuis une trentaine d’années à des débats houleux et des querelles stériles ont signé un article, en forme de déclaration officielle, pour inviter les différentes parties à prendre le risque du dialogue. Nous souscrivons à cette initiative, et c’est avec une grande joie que nous publions la traduction de ce remarquable article.

Si Jésus a appelé ses disciples à « se méfier », c’est parce que le mal peut aussi se loger dans les « choses saintes ». Dès lors, les chrétiens - et a fortiori, leurs pasteurs - doivent impérativement sortir de leur naïveté pour exercer un vrai discernement. Dans cette conférence, le père Auzenet, responsable de la Pastorale Nouvelles Croyances et Dérives Sectaires dans le diocèse de la Sarthe, nous donne quelques clés sur ce discernement.

Le vampirisme n’est pas qu’un mythe moyenâgeux. Il est une réalité bien actuelle, qui prolifère sur le subjectivisme et l’hédonisme ambiants. Un petit bijou. Par Guillaume Bernard, maître de conférences HDR à l’Institut catholique d’études supérieures

Nous sommes très honorés de publier aujourd’hui une analyse percutante produite par l’un des proches de notre collectif, à propos de l’une des racines du mal que nous dénonçons sur ce site internet : à savoir le phénomène de cour qui parasite les plus hautes autorités de l’Eglise. Un phénomène mal connu, mais extrêmement pervers.

Le site internet Le Grand Soir vient de publier un article qui a retenu notre attention. Il s’agit d’une parabole qui montre comment des groupes peuvent hériter de blocages psycho-sociologiques. La peur du changement est une donnée propre aux systèmes totalitaires, qui confine parfois à la névrose…

Par Xavier Léger, ancien membre de la Légion du Christ (1999-2006) Intervention donnée lors du congrès annuel de l’International Cultic Studies Association (ICSA) à Trieste, le 4 juillet 2013.

Nous publions aujourd’hui un article de Xavier Léger, qui a été présenté au Congrès de l’ICSA à Trieste, lors de la session des posters. Xavier Léger soulève une question de fond sur la méthodologie propre des études sur le sectarisme. Quelles sont les limites d’une « compréhension bienveillante » ?

Le père Jacques Trouslard, qui nous a quitté en 2011, était une figure de la lutte contre les dérives sectaires de toutes sortes, y compris à l’intérieur de son Eglise. Dans cette interview, il revient sur cette seconde carrière, au service des victimes de la manipulation mentale.

Le père Longenecker est un prêtre américain au parcours atypique : provenant d’une famille de chrétiens évangéliques, il est d’abord devenu pasteur dans l’église anglicane, avant de rejoindre l’Église catholique et d’y être ordonné prêtre. Un cheminement qui lui a permis de côtoyer de nombreuses réalités chrétiennes. Et c’est riche de cette extraordinaire expérience qu’il explique dans cet article comment repérer et prévenir les dérives sectaires dans l’Église. Un article à lire de toute urgence !

Une synthèse magistrale et très argumentée, co-écrite par le pasteur et psychothérapeute Jacques Poujol et sa femme Claire. Formés en analyse transactionnelle, à l’aide aux victimes d’abus, conseillers conjugaux et familiaux, Jacques et Claire Poujol s’emploient depuis plusieurs années à former à la relation d’aide d’autres professionnels de l’accompagnement spirituel ou psychologique.

Steven Hassan est l’un des plus grands spécialiste au monde du phénomène sectaire. Il a mis au point une théorie pour désigner le schéma de contrôle de l’esprit appliqué dans les sectes à structure pyramidale : le B c’est pour « Behaviour », le contrôle du comportement, le I pour le contrôle de l’information, le T pour « Thoughts », le contrôle des pensées, et le E pour celui des émotions.

Comment fonctionne une secte ? Quels sont ses ressorts principaux ? Le court métrage suivant, de Carey Burtt, est un petit trésor pédagogique car il explique, à grands traits, tous les mécanismes en jeu dans le phénomène sectaire : recrutement basé sur des mensonges, manipulation, rythme de vie démentiel, techniques auto-suggestives, peur, culpabilisation, etc.

La manipulation fait partie de la vie, ce qui fait la différence, c’est l’intentionnalité. Mais comment repérer les premiers signes d’un abus de faiblesse ? Personnes âgées, enfants, adultes en état de sujétion psychologique : où commence l’influence normale et saine, où commence la manipulation ?

La théologie naturelle repose sur un axiome de base : il y a toujours quelques similitudes entre la cause et son effet. On ne peut en effet dire que « Dieu est bon » que parce que nous faisons l’expérience, au cours de notre vie, de ce qui est bon. Or la Légion défend aujourd’hui un raisonnement inverse : la vie dépravée du fondateur de la Congrégation n’aurait eu pratiquement aucune conséquence sur la Légion elle-même.

Par Pete Vere

Depuis la fin du Concile Vatican II, de nombreuses communautés nouvelles sont apparues dans l’Eglise. Alors que certaines semblent avoir pris un bon départ, sur des bases solides, d’autres ont quitté le droit chemin. Cela est probablement dû à des carences doctrinales ou à des pratiques douteuses.

0 | 10 | 20 | Tout afficher