Jeudi 28 août 2014

Pas de paix sans justice, affirme Saint Augustin…

Il n’y a pas de pardon possible, et partant, pas de paix, tant que justice n’a pas été rendue. C’est ici que se joue tout le drame des dérives sectaires et des abus sexuels au sein de l’Église : trop souvent on considère qu’une bonne victime est une victime qui se tait, hélas. St Augustin nous rappelle que, pour ceux qui veulent établir le Règne de Dieu en ce monde, la justice n’est pas optionnelle !

Sur le psaume 84,12.

Fais la justice et tu posséderas la paix, afin que s’embrassent justice et paix ! Car si tu n’aimes pas la justice, tu ne posséderas la paix. En effet, elles s’aiment mutuellement, ces deux-là, justice et paix, et elles s’embrassent. Dès lors, celui qui aura fait la justice trouvera la paix qui embrasse la justice. Ce sont deux amies.

Toi, tu veux peut-être une seule des deux, et tu ne fais pas l’autre ; il n’y a personne, en effet, qui ne veuille pas la paix, mais tous ne veulent pas mettre en œuvre la justice. Interroge tous les hommes : « Veux-tu la paix ? ». D’une seule voix, le genre humain tout entier te répondra : « Je la souhaite, je la désire, je la veux, je l’aime ».

Aime aussi la justice, parce que ce sont deux amies, la justice et la paix ; elles s’embrassent. Si tu n’aimes pas l’amie de la paix, la paix, quant à elle, ne t’aimera pas et ne viendra pas vers toi. Aspirer à la paix, qu’y a-t-il de grand à cela ? N’importe quel méchant aspire à la paix, car la paix est une bonne chose.

Mais fais la justice, parce que la justice et la paix s’embrassent, elles n’ont pas de différend. Toi, pourquoi as-tu un différend avec la justice ? Voici que la justice te dit : « Ne vole pas » (Ex 20,15), et tu ne l’entends pas ; « Ne commets pas adultère », (Ex 20,14), et tu ne veux pas entendre ; « Ne fait pas à autrui ce que tu ne veux pas subir (Tb 4,16), ne dit pas à autrui ce que toi non plus tu ne veux pas qu’on te dise ».

« Tu es un adversaire de mon amie », te dit la paix, « pourquoi me recherches-tu ? Je suis une amie de la justice et quiconque je trouverai être adversaire de mon amie, je ne me rendrai pas vers lui ».

Tu veux donc venir vers la paix ? Fais la justice ! C’est pourquoi un autre psaume te dit : « Écarte-toi du mal et fais le bien » (Ps 33,15), c’est-à-dire, aime la justice. Une fois que tu te seras écarté du mal et que tu auras fait le bien, « recherche la paix et poursuis-la ! ». Car à ce moment-là, tu ne la rechercheras pas longtemps, parce qu’elle même se présentera à toi, pour embrasser la justice.