Mardi 20 octobre 2015

Sodalitium : des anciens membres de la congrégation dénoncent les abus sexuels du fondateur

Un livre explosif, publié au Pérou, dénonce les abus sexuels et les mauvais traitements infligés dans l’un des mouvements religieux les plus importants du pays.

Des témoignages poignants d’anciens membres de Sodalitium, l’un des mouvements les plus importants et les plus conservateurs du Pérou, accusent les dirigeants de cette organisation spirituelle d’abus sexuels.

« C’est avec une grande tristesse que nous avons découvert plusieurs affaires présentant Luis Fernando Figari, le fondateur de Sodalitium Christianae Vitae, comme un prédateur sexuel » explique Pedro Salinas, l’auteur du livre « Mitad monjes, mitad soldados » (Moitié moines, moitié soldats).

Luis Fernando Figari Rodrigo, le chef de Sodalitium, a démissionné de sa charge de Supérieur général de la communauté en décembre 2010.

C’est à cette époque que sont apparues les premières allégations d’abus sexuels contre Germán Doig Klinge, aujourd’hui décédé, qui avait été le bras droit de Figari, le numéro deux du mouvement.

Ce premier scandale avait déjà fortement secoué l’Eglise : le procès de béatification de Germán Doig Klinge était en effet en cours, à Rome.

Cinq ans plus tard, une investigation menée par deux journalistes, Pedro Salinas et Paola Ugaz, révèle de nouveaux témoignages accablants contre le fondateur de Sodalitium.

— « Que sens-tu ? » demanda Figari
— « Rien », répondit Lucas, un peu perplexe.
— « Bien. Maintenant, retire tes sous-vêtements. »
— « Bon… »
— « Et maintenant, que sens-tu ? »
— « Un peu d’air », répondit Lucas sur le ton de la plaisanterie, pour oublier sa pudeur.
— « Te sens-tu honteux ? Que ressens-tu ? »
— « Rien » instita Lucas.
— « Bien. Maintenant, approche-toi et viens dans mes bras. » En silence, obéissant et nu, Lucas s’exécuta. Il s’approcha de lui et le serra dans ses bras.
— « Que ressens-tu ? » insista Figari.
— « Rien », répéta de nouveau Lucas. Figari lui demanda alors de retourner à sa place et de s’exprimer.
— « Maintenant, voici ce que nous allons faire… Je vais m’étendre sur le lit et toi, tu vas t’installer à côté de moi. OK ? » Et Lucas, nu comme un ver, obéit à l’ordre du fondateur. Il y un long silence.
— « Embrasse-moi », lui demanda soudain Figari. Et Lucas l’embrassa.

Pedro Salinas a en sa possession une copie de toutes les plaintes manuscrites signées par les victimes présumées de Luis Fernando Figari, des documents qui décrivent en détail les violences et les abus sexuels infligés par le fondateur de Sodalitium.

Les accusations ont été présentées il y a quatre ans au Tribunal ecclésiastique de l’archidiocèse de Lima, puis envoyées au Vatican, jusqu’à présent, il n’y a eu aucune réponse.

Et à ce jour, personne ne sait où se trouve Luis Figari.

On dit qu’il serait à Rome, dans un centre de spiritualité. Dans sa maison de San Isidro, personne ne sait rien, et les dirigeants actuels du mouvement que nous avons contacté ont refusé de s’exprimer.

Luis Fernando Figari Rodrigo

  • Luis Fernando Figari Rodrigo nait en 1947, au Pérou.
  • En 1971, il fonde Sodalitium Christianae Vitae, une association de vie consacrée.
  • En 1984, Figari participe aux premières JMJ à Rome, et prononce la « catéchèse sur l’amour », à la Basilique Saint-Paul-hors-les-murs.
  • Un an plus tard, il fonde le Mouvement de Vie Chrétienne, un mouvement d’Eglise qui partage la spiritualité de Sodalitium.
  • En 1991, il fonde la Communauté Mariale de la Réconciliation, une association religieuse de femmes consacrées.
  • En 1994, le Mouvement de Vie Chrétienne est reconnu par le Vatican comme une association de Droit Pontifical.
  • En 1995, il fonde la Confraternité de Notre-Dame de la Réconciliation.
  • En 1997, Sodalitium est approuvé par le pape Jean-Paul II comme Société de Vie Apostolique, pour laïcs et prêtres.
  • En 2002, Jean-Paul II nomme Figari consultant au Conseil Pontifical pour les Laïcs.
  • En 2005, Benoît XVI le nomme auditeur au Synode des Evêques sur l’Eucharistie, l’un des rares laïcs invités à cette assemblée.
  • Le 3 juin 2006, Figari adresse à Benoît XVI les paroles de conclusion lors de la Rencontre des Mouvements ecclésiaux et des nouvelles communautés, la veille de la Pentecôte, sur la place Saint Pierre du Vatican.
  • Le 21 décembre 2010, Figari renonce à sa charge de Supérieur Général de Sodalitium Christianae Vitae, pour des raisons de santé.

Voir en ligne : http://www.americatv.com.pe/cuarto-…

Vos réactions