Lundi 7 août 2017

La Légion du Christ nomme un prêtre très controversé en tant que Directeur Spirituel dans un petit séminaire

Selon une déclaration officielle de Légion du Christ, le père William Brock, d’origine américaine, tristement connu parmi les anciens légionnaires comme « Le fléau de Salamanque » en raison de sa cruauté systématique à l’égard des jeunes séminaristes confiés à ses soins, vient d’être nommé « Directeur Spirituel » d’un groupe d’enfants se préparant à devenir prêtre dans un petit séminaire de la Légion du Christ.

Notez que cette congrégation religieuse apparemment moderne est l’une des rares qui continue aujourd’hui à recruter de manière agressive et à « former » très strictement des enfants en vue du sacerdoce.

"Prenez-les jeunes !" répétait souvent le prêtre pédophile Marcial Maciel, fondateur de la Légion du Christ. Les dirigeants actuels de la congrégation continuent d’appliquer cette politique. Beaucoup de jeunes hommes, ordonnés chaque année en masse, ont commencé leurs parcours dans les écoles dites « apostoliques » de la Légion au Mexique, en Espagne, aux Philippines, au Canada, en France, aux États-Unis…

Plusieurs commentaires d’anciens membres de la congrégation sur la page Facebook « legioleaks » témoignent des humiliations subies de la part du père Brock. Certains font mention d’un traitement spécial à l’égard de ses « préférés » :

« Il a été mon Directeur spirituel à Salamanque. Cela a été un véritable supplice : il ne m’appréciait pas et s’en prenait à moi, me disant par exemple : "Vous n’êtes pas un religieux mais juste un bon garçon. Vous n’avez pas l’esprit religieux". C’est tout ce dont je me souviens. Heureusement, dans mon malheur j’ai eu de la chance : ainsi, je ne faisais pas parti de ses « chouchous » ni de ceux qu’il recevait la nuit… Ah, et puis malheur à vous si vous ne vous confessiez pas avec lui ! Il allait vérifier qui, parmi ceux dont il était le Directeur Spirituel, allait se confesser à un autre prêtre. »

« C’est comme s’il ne voyait que le mal en moi ! » rapporte un autre ancien légionnaire. « Quand j’ai commencé à lui avouer que je voulais quitter la congrégation, il m’a dit que si je n’étais pas capable d’être fidèle à Dieu, je ne le serai pas plus avec une femme. C’était le divorce assuré. Quelques temps plus tard, il m’a appris que le père Maciel avait eu une fille. Mais quand j’ai voulu en savoir plus, il m’a répondu sèchement que le père Maciel avait un jour bu une bière de trop et voilà… »

Un troisième ancien légionnaire partage des souvenirs aussi sombres : « Il était cruel et donnait des punitions de façon arbitraire… Je me souviens d’un religieux qui avait du rester plusieurs heures à genoux dans la salle à manger » et d’ajouter : « Il y avait quelque chose d’équivoque dans son attitude à mon égard, de malsain… ».

Voir en ligne : https://regainnetwork.org/2017/07/2…