Samedi 5 avril 2014 — Dernier ajout dimanche 6 avril 2014

Les légionnaires du Christ ont-ils commis une faute en escroquant et en trompant un riche bienfaiteur ? - L’affaire de Rhode Island avance.

L’Associated Press informe qu’un juge fédéral de Rhode Island « a donné son accord pour qu’une poursuite judiciaire ait lieu contre la Légion du Christ, un ordre religieux catholique romain, mettant fin aux tentatives de la congrégation d’enterrer ce dossier relatif au leg d’un million de dollars d’un ancien professeur de l’Université de Yale. »

6 mars 2014

La Légion est accusée d’avoir pris James Boa-Teh Chu pour cible, privant son fils Paul d’un patrimoine évalué entre 1 et 2 millions de dollars. D’après un article précédent de Jason Berry, dans le National Catholic Reporter, le plaignant exigerait 10 millions de dollars de dommages et intérêts.

Le juge aurait en effet découvert que M. Chu avait « une très grande admiration pour la sainteté du père Maciel » et qu’« après sa mort, son fils aurait trouvé des documents prouvant que les dirigeants de la Légion continuaient à promouvoir cette image, alors même qu’une enquête du Vatican mettait à jour des faits troublants sur le fondateur des légionnaires. »

Selon le rapport de l’Associated Press, il y a des documents qui prouvent que la Légion continuait à présenter son fondateur comme un saint vivant à ce riche bienfaiteur, alors que l’enquête menée par le Vatican révélait des choses terribles sur le père Maciel.

D’après l’article de l’Associated Press, la Légion du Christ nie les accusations et affirme qu’elle n’a jamais exercé la moindre pression sur ses bienfaiteurs. Le porte-parole de la Légion, Jim Fair, a expliqué que la Légion s’est conduite de façon correcte à l’égard de M. Chu.

Commentaire de l’association REGAIN :

Il semble que les légionnaires du Christ, qui viennent d’achever trois années de renouvellement, continuent de nier toutes les accusations, suivant l’exemple de leur fondateur, qui a toujours nié toutes les allégations faites contre lui.

Dans le passé, les dirigeants de la Légion avaient nié à l’unisson toutes les accusations relatives à leur fondateur, provenant pourtant de sources très crédibles. Ils n’ont jamais manifesté le moindre intérêt pour les victimes ou pour la justice. La seule chose qui semble les avoir toujours inquiété, c’est de protéger leur réputation. Ils ont feint la surprise lorsque la vérité sur la vie secrète de leur fondateur a éclatée. On a découvert par la suite qu’ils savaient, depuis des années.

Maintenant, des années après la mort du fondateur, le même porte-parole, confronté aux accusations contre les actuels dirigeants de la Légion, récite les mêmes rengaines.

Le magistrat en question a entendu des témoignages et a décidé que l’affaire contre la Légion méritait d’être traitée.

Les Légionnaires du Christ sont tristement célèbres pour leurs techniques de recrutement et de collecte de fonds très agressifs, ainsi que pour avoir promu l’idolâtrie de leur fondateur. Au regard du passé, le déni de Jim Fair parait faible, boiteux et hypocrite. Qui peut porter la moindre caution aux dirigeants de la Légion aujourd’hui, quand ont connait leurs déclarations de soutien à l’égard des pères Maciel et Williams, alors qu’ils savaient la vérité ?

Maintenant que ce procès est en cours d’instruction, est-ce que la crédibilité de la Légion va subir d’autres dommages, lorsque le verdict de ce procès sera rendu public ?

Voir en ligne : http://www.regainnetwork.org/articl…