Mercredi 4 mars 2015

Un prêtre rebelle au Vatican : Le père Pablo Pérez Guajardo doit plaider sa cause devant la Curie Romaine au sujet des représailles de l’évêque de Quintana Roo contre lui

PLAYA DEL CARMEN, MEXIQUE. Le prêtre catholique Pablo Pérez Guajardo, qui a du faire face aux représailles de Mgr Pedro Pablo Elizondo (l’évêque de la Prélature de Cancún-Chetuma, qui est membre de la congrégation des légionnaires du Christ), pour avoir émis des critiques publiques à l’égard des légionnaires du Christ – ordre auquel lui-même appartenait – en raison du passé scandaleux du fondateur de cette congrégation doit aller cette semaine au Vatican pour exposer son cas devant les autorités ecclésiastiques, car certaines personnes « sont curieuses de le rencontrer et de l’écouter ».

Le père Pérez Guajardo se rendra ainsi au siège du pouvoir catholique, du 4 au 13 mars, où il rencontrera en premier lieu le cardinal João Braz de Aviz, archevêque émérite de Brasilia et actuel Préfet de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, qui est l’organisme de la Curie romaine chargée de tout ce qui concerne les Instituts de vie consacrée (Instituts séculiers et les instituts religieux) et les Sociétés de vie Apostolique quant à leurs gouvernements, leurs discipline, les cursus universitaires, les biens, les droits et les privilèges.

Tant Mgr Pedro Pablo Elizondo que l’actuel supérieur général des Légionnaires du Christ sont au courant du voyage et des allégations présentées le « prêtre rebelle » qui dénonce depuis plusieurs années le « fief » hors de contrôle que les Légionnaires du Christ possèdent à Quintana Roo, un paradis des Caraïbes, et dont la congrégation se sert, dit-il, pour cacher et protéger des prêtres pédophiles.

Le prêtre affirme ne pas attendre grand chose de ce séjour au sein de la Curie Romaine quant à l’évolution de sa situation actuelle, mais espère juste que les choses s’apaiseront et que certaines décisions de l’évêque contre lui seront suspendues.

En effet, depuis le mois de septembre 2012, l’évêque a interdit au père Pérez Guajardo de célébrer la messe, après que ce dernier eût demandé publiquement à la congrégation de se démarquer du père Marcial Maciel et de dénoncer les actes de corruption et les compromis réalisés entre Filiberto Martínez - maire de l’époque de la ville de Solidaridad (Playa del Carmen) – et les prêtres membres de la congrégation des légionnaires du Christ.

La punition a augmenté, en septembre 2014, lorsque Mgr Pedro Pablo Elizondo a donné l’ordre aux prêtres de son diocèse de ne pas donner la communion et de ne pas baptiser les enfants dont les parents et les parrains et marraines avaient été préparés aux sacrements par le père Pérez Guajardo.

Cette peine a été partiellement levée à la fin de l’année 2014, lorsque l’évêque l’a autorisé à célébrer de nouveau la messe, mais pas à célébrer des mariages ou des baptêmes.

Le père Pablo Pérez Guajardo a affirmé que l’évêque l’avait calomnié en public, disant « que j’avais oublié de prendre mes médicaments, que j’étais alcoolique, que je prenais des anabolisants pour supporter la chaleur et ma lourde charge de travail », mais il a précisé que lorsque les gens du Vatican le rencontreront, « ils entendront beaucoup de choses ».

Mais d’ajouter : « C’est déjà beaucoup qu’ils me reçoivent et qu’ils m’écoutent ».

Source : noticaribe.com.mx

Source : noticaribe.com.mx