Cinq ans de pontificat : François trébuche sur le dossier de la pédophilie

Dimanche 11 mars 2018

Le manque de poigne du pape François face aux prêtres soupçonnés d’avoir commis ou caché des abus sexuels sur mineurs a assombri sa cinquième année de pontificat, cap qu’il franchira mardi sous le feu des critiques.

Réflexe de protection de l’Eglise ? Mauvais conseillers ? Absence de stratégie ?

Les interrogations se sont multipliées après des paroles du pape laissant planer l’impression que la voix des victimes serait secondaire pour une Eglise raisonnant encore trop en vase clos.

Son voyage en janvier au Chili, où l’athéisme se répand après des scandales étouffés de pédophilie, a constitué un échec retentissant, peut-être même un tournant du pontificat.

François y a défendu avec force l’évêque chilien Juan Barros (soupçonné d’avoir tu les crimes d’un vieux prêtre pédophilie), se déclarant persuadé de son innocence et demandant aux victimes présumées des preuves de culpabilité. Avant de présenter des excuses pour ses propos maladroits et de dépêcher au Chili un enquêteur pour recueillir des témoignages.

Suite de l’article sur le site lepoint.fr

Voir en ligne : http://www.lepoint.fr/monde/cinq-an…

Vos réactions

  • Françoise 3 avril 2018 12:12

    Bonjour LM

    La notion d’égalité dans une hiérarchie qu’elle soit laïque ou cléricale relève de l’absurde. Elle n’existe tout simplement pas et n’est pas souhaitée par celles et ceux qui détiennent le pouvoir, l’autorité. Tout est organisé suivant la position hiérarchique et c’est quelque chose d’obsessionnel dans les communautés dérivantes sectaires. Difficile donc de laisser l’espace à une quelconque égalité, donc de facto à une quelconque considération. Quand on s’accroche à la hiérarchie pour dire qui a droit à quoi c’est qu’il existe une insécurité profonde intérieure qui empêche l’ouverture suffisante sans la peur ni de soi ni de l’autre.

    Je regardais ce week-end un magnifique documentaire sur le village espagnol andalou Marinaleda et le maire a très bien compris que la base de l’égalité, de la fraternité, de la liberté, du bien-être de tous les citoyens du village, c’est la résolution des 14 besoins fondamentaux des individus, et qui peuvent se réaliser par l’entraide. Je vous passe les repères créés par une infirmière américaine Virginia Henderson, qui sont les bases d’une vie digne et vous pourrez ainsi comprendre que dans les différentes communautés dérivantes sectaires, ces 14 besoins ne sont absolument pas résolus mais au contraire, mis à mal.

    Mais comme la plupart des hommes et femmes, enfants (hormis les infirmiers, les infirmières, les médecins) ne connaissent pas du tout ces 14 besoins fondamentaux de l’humain, forcément, les communautés dérivantes, les institutions abusives font ce qu’elles veulent. C’est sur l’ignorance, l’insécurité personnelle, la peur, la privation des besoins élémentaires que se fonde chaque violence, chaque discrimination. Mais encore faut-il l’avoir appris. Et c’est très rare aussi bien dans nos familles que dans nos écoles.

    https://www.psychaanalyse.com/pdf/psychologie_14_BESOINS_FONDAMENTAUX_VIRGINIA_HENDERSON.pdf

    Pour moi, ces notions devraient être apprises dès l’école primaire à chacun de nous. Ce serait un repère pour les enfants comme les adultes pour savoir s’ils vivent dignement, sont respectés réellement dans le minimum du minimum à chaque âge de leur vie.

    Avant même l’apprentissage des droits fondamentaux, il me semble qu’il faudrait enseigner les besoins fondamentaux humains.

    Je ne dis pas que ça résoudrait pour autant tous les problèmes de violence et d’abus, mais ça permettrait de disposer d’une échelle d’appréciation pour voir si véritablement, les conditions d’existence de chacun sont dignes ou pas. Et si elles ne le sont pas, de pouvoir se donner plus facilement et sans culpabilité les moyens juridiques et politiques de contester les fonctionnements indignes.

    Sans connaître ces repères, avec le rajout en plus de manipulations mentales, il devient très compliqué voire impossible de se défendre et d’avoir conscience véritablement qu’il est important de préserver de sa dignité. Et par extension d’être attentif en suivant à préserver celle d’autrui. C’est valable aussi bien dans un cadre religieux que laïc.

    Autre apprentissage qui nous fait généralement défaut, c’est celui sur les valeurs de Schwartz.

    http://valeurs.universelles.free.fr/valeurs.html

    Qui permet de comprendre ce qui prime véritablement pour chacun de nous dans la vie, qui va changer aussi au fil de l’âge, des buts atteints ou qu’on se fixe, des rencontres, etc, etc. Je suis surprise que l’on en parle pas dans le cursus scolaire au moins au lycée. Ca permettrait de mieux se connaître, de mieux cerner ses choix, ses envies à un moment de la vie où tout se bouscule dans la tête, dans le cœur, et où finalement, on ne sait pas très bien où l’on en est et ce qu’on veut, ce à quoi vraiment l’on tient.

    Je suis frappée par la tonne de non-dit qui parfois nous fait prendre des routes, des choix qui ne sont pas les nôtres véritablement, mais que nous héritons de conduites familiales (fidélités inconscientes) ou extérieures, et qui vont complètement à rebours de nos préoccupations et désirs personnels. Et qui finissent par nous mettre en danger à différents niveaux, portent atteinte à notre sécurité physique, psychique, affective.

    Il me semble que si les valeurs de Schwartz étaient enseignées à tous avant le grand saut dans la vie adulte, ce serait un moyen de renforcer sa sécurité intérieure en considérant ce qui véritablement fait sens pour chacun, ce qui commence à être important, ce qui paraît primordial non pas pour faire plaisir à notre entourage, au prof, à l’autorité religieuse, mais véritablement parce que c’est important pour soi.

    Permettre ce discernement à la fois sur les besoins et les valeurs fondamentaux, c’est permettre à chacun de partir dans la vie en baissant le niveau de peur et en augmentant le niveau de sécurité intérieure. C’est comme favoriser sa vitalité finalement.

    Du coup, forcément, toutes les relations humaines, l’épanouissement personnel sont facilités. Et ça impacte positivement au fil du temps le bien-être individuel et collectif aussi.

    Est-ce que ça ne réduirait pas considérablement tout un tas de violences ? Est-ce que ça ne constituerait pas une base pour aller de l’avant, en étant mieux dans sa vie, ses choix, et dans ses relations à autrui ?

    C’est fou quand même que pas une religion ni une institution laïque ne travaille ces questions éducatives et citoyennes. Alors que nous avons ces outils à portée de main et qu’il suffit d’en discuter tous ensemble, de décider des meilleurs moments pour les ajouter dans le parcours éducatif…

    Vous imaginez si les religieux disposaient de ces outils avant un quelconque engagement communautaire ou pastoral ? Il me semble que ça changerait beaucoup de choses. Et pas seulement au plan relationnel et intellectuel mais aussi spirituel, privé et pratique.

    Et que dire sur l’effet de tels outils dans l’approche politique, démocratique, pacifique…vous imaginez un peu ?

    Et je me dis parfois que ce type d’enseignement éviterait bien des souffrances, des errances et des violences aussi.

    C’est peut-être très naïf de ma part de penser ça car sans doute les plus tordus trouveraient toujours des parades pour violenter les uns ou les autres, mais mine de rien, ça améliorerait la vie d’un grand nombre de gens. Et ça leur permettrait sans doute d’évaluer plus concrètement leurs besoins et leurs valeurs, donc de pouvoir mener une existence plus heureuse, plus épanouie, plus conforme aussi à qui ils sont, ce qui leur correspond vraiment et ce qu’ils ont envie d’apporter. Et je me dis que ça pourrait aider comme prévention des dérives sectaires aussi.

    A réfléchir…j’ai commencé à en discuter avec des collègues profs et instits. Mais comme ça dépasse le seul cadre scolaire et nous concerne tous, je me permets de vous partager tout ça aussi. Si ça peut servir à vous, à d’autres…

    Cordialement Françoise

  • Louise 26 mars 2018 14:20

    Pédophilie, un silence de cathédrale excellent film qui nous fait prendre conscience des graves problèmes de pédophilie. A la fin du film , on voit Pierre -Jean qui a repris le combat contre Mgr di Falco , « j’avais douze ans et j’ai été violé par le père di Falco. » C’est sans honte et sans pudeur qu’il va animer le chemin de croix les 23 et 30 mars 2018 à la Basilique du Sacré Cœur de Marseille.

    https://www.france.tv/documentaires/societe/440781-pedophilie-un-silence-de-cathedrale.html

    https://marseille.catholique.fr/Careme-a-la-Basilique-Saint-Victor

    Livre écrit par Guillaume Serina qui évoque le lourd problème de Pierre-Jean

  • L M 26 mars 2018 11:32

    Merci Françoise. Je suis aussi régulièrement vos interventions ,comme celles de francois et famvict sur Golias et m’instruis pas mal grâce à vos références. Je vous rejoins entièrement sur ce qui vous disiez hier sur le forum de Golias et qui est en parfait accord avec les sujets problématiques d’ici que :« Si véritablement ces clercs avaient rencontré Dieu, Jésus,ils n’auraient aucunement besoin d’appuyer une quelconque forme de domination sur autrui qu’elle soit directe ou indirecte. Parce qu’ils auraient compris que le respect,la recherche de la paix,de la justice,de l’égalité, de la liberté et de la fraternité sont des valeurs plus importantes que le pouvoir,l’argent ,le contrôle,l’autorité… »

    A St Jean on m’a dit très clairement et droit dans les yeux que je ne suis pas égale à eux … Tant pis ou tant mieux plutôt, car grâce à mon expérience malheureuse dans cette communauté j’ai enfin pu comprendre que Dieu ne peut être emprisonné dans aucune tradition , et que ma quête spirituelle va au-delà de tout ce qu’on peut imaginer. Pour moi, la première chose pour reconnaitre les vrais homme et femmes de Dieu c’est très simple, c’est l’ouverture sur les autres et sur le monde. Tous ceux qui aiment vraiment Dieu savent d’abord aimer les hommes et non pas l’inverse : ceux qui se prosternent devant Lui du matin au soir mais laissent un champs de bataille derrière eux n’importe où par où ils passent.

  • Françoise 20 mars 2018 14:13

    Je rejoins votre avis, LM. L’institution va mal car elle se replie sur elle-même et sur toutes les instances ultra conservatrices et fondamentalistes : religieuses, politiques, économiques, sociales. Or les instances ultra conservatrices et fondamentalistes ont toujours été et sont toujours dans une démarche de violence et d’abus de toutes sortes sur les personnes. Cela ne date pas d’hier, cela s’est toujours passé ainsi. C’est déjà ce que dénonçait Jésus vis à vis des religieux ultra conservateurs juifs.

    A partir de là, l’institution cléricale romaine est en train de s’autodétruire en terme de crédibilité religieuse, morale et politique, en prétendant pourtant conserver son système et son emprise, voire même en étendant cette dernière.

    Je vous invite à découvrir qui est réellement Steve Bannon, partenaire de l’institut pour la dignité humaine et quelles idéologies cet américain, récemment conseiller de Trump, soutien de Marine le Pen et formateur de Marion Maréchal le Pen, propose.

    https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/ku-klux-klan-neonazis-steve-bannon-fait-l-unanimite-chez-les-supremacistes-blancs_1850414.html

    Cela vous donnera un aperçu de la valeur que peut avoir une vie humaine pour ce monsieur et sur quels critères il juge valable la vie d’un individu. Que des cardinaux ultra conservateurs, le pape actuel lui-même, se soient associés en toute connaissance de cause à ce monsieur dans ce type de projet, n’est en soi pas une surprise pour des catholiques romains informés. Mais cela peut constituer un choc immense pour beaucoup d’autres, ignorant de tels partenariats et et ignorant les objectifs totalitaires qu’il y a derrière ce type d’institut, un projet de société liberticide et fondamentaliste, xénophobe, homophobe, raciste, sexiste et antisémite.

    Le dossier pédophilie n’est donc pas le seul dossier qui montre l’incapacité institutionnelle cléricale à changer réellement. Mais confirme au contraire une volonté continuelle d’imposer par la violence et la ségrégation, son emprise, en association comme par le passé, avec des partenaires fascistes et ultra réactionnaires, auxquels s’ajoutent depuis les années 30-40 des mafias. Un cocktail détonnant qui a déjà montré par le passé que la dignité humaine n’est absolument pas la préoccupation, mais plutôt l’asservissement à des régimes et des pouvoirs totalitaires, sans rapport aucun et même en totale contradiction avec le message christique.

  • L M 18 mars 2018 01:08

    Effectivement, on reste sans voix après le visionnage de ces deux documentaires. Je n’ai qu’une conclusion :l’Institution catholique va beaucoup plus mal que l’on pense et lutte d’abord contre tout ce qui la menace en tant que telle. Une question de vie ou de mort tout simplement. A une certaine époque pour s’installer, elle devait s’imposer de force ; aujourd’hui pour continuer à s’imposer,elle doit encore conquérir… qu’importe le prix ! Le problème avec l’Église catholique est que sa lucidité est immense sur les péchés des autres mais jamais sur les siens. « …Éliminer un embryon est un crime contre l’humanité » nous dit Mgr Vinncenzo Paglia,mais ce que ce monsieur nous ne dit pas c’est que violer un certain nombre de ces« survivants pas éliminés » quelques années plus tard par ces mêmes défenseurs de dignité humaine est un crime tout aussi grand contre l’humanité. Ouvrir les bras aux femmes pécheresses mais ne rien lâcher sur la faute qu’elles ont commise mais ouvrir les bras au clergé criminel et tout oublier sur la faute qu’ils ont commise ? Au secours !

  • Françoise 17 mars 2018 14:57

    Le documentaire dArte avec John Dickie enquêtant dans différents pays, sorti il y a quelques jours, est important :

    https://www.arte.tv/fr/videos/069877-000-A/l-eglise-face-aux-scandales-pedophiles/

    Je rajoute en regard un lien sur un autre documentaire Arte qui concerne l’Eglise et les tentatives par le HDI d’attenter aux droits fondamentaux des femmes.

    https://www.arte.tv/fr/videos/075221-000-A/avortement-les-croises-contre-attaquent/

    Pour les deux cas, un discours ouvert mais une réalité factuelle qui va complètement à l’opposé et qui légitime le pire.