Entretien avec Patricia Blanco Suarez : « 15 ans dans l’enfer de Bethléem. »

Jeudi 27 mai 2021 — Dernier ajout dimanche 6 juin 2021

« 15 ANS DANS L’ENFER DE BETHLÉEM »

Avec Patricia Blanco Suarez

« Je m’appelle Patricia. Je suis née dans le Nord de l’Espagne, dans une famille catholique… »

Voir en ligne : « 15 ANS DANS L’ENFER DE BETHLÉEM » Avec Patricia Blanco Suarez

Vos réactions

  • Granola 11 juin 2021 23:43

    Bonjour Patricia , je vous remercie pour votre témoignage. Je trouve que c’est beaucoup 15 ans avant une profession monastique perpétuelle. J ai lu avec intérêt votre livre. Les sœurs responsables ont l air de donner des ordres et des contre ordres notamment pou la profession , la donation. Certaines ont un comportement très colériques alors qu’elles dirigent. C’est très étonnant qu elles dirigent si elles n ont pas atteint la Paix et vaincu la passion de la colère , non ? Que dit l Église par rapport à ça ? Ont-elles le droit de faire attendre quelqu’un 15 ans et de piquer des colères ? Y a t il des contrôles par l église pour vérifier si les responsables sont équilibrées ou non ? Comment se fait-il que ça dysfonctionne comme cela ? Chez les sœurs de Mère Teresa elles dirigent à tour de rôle et elles n attendent pas 15 ans avant les vœux perpétuels. Autre sujet : comment se fait-il qu une communauté catholique utilise le pendule ? C est interdit dans l église catholique, on dit que c est “ une porte d entrée pour le démon “ , comme le spiritisme et les pratiques occultes. Ces pratiques peuvent amener une infestation des gens , des lieux, et peut-être expliquer les colères et graves déséquilibres des responsables. On a l impression en lisant le livre que les responsables sont mal dans leur peau , et font ce qu elles veulent sans référence à l évangile et à l église catholique. Elles devraient être contrôlées et pénalisées et interdites de diriger si ça se passe ainsi . Par ailleurs, si leur vie monastique les a conduites à être si peu épanouies et à ce déséquilibre, on peut se demander si ce style de vie est toxique. Normalement la vie monastique conduit à la Paix intérieure. Il y a donc quelque chose qui ne va pas dans cette congrégation. Sans garde fou . Qui s occupe de rétablir la situation ? Chez les autres ordres religieux il y a des récréations et plein d autres choses mises en place pour qu il y ait un équilibre me semble-t-il. Saint Benoit notamment à fait une règle équilibrée. Comment se fait il que les sœurs travaillent dur et jeûnent alors que les responsables mangent des bons plats , voyagent en avion , ne restent pas en cellule et solitude, et vont au restaurant ( par hasard j en ai vu de votre communauté dans un restaurant parisien cher ) Comment peuvent-elles conseiller des sœurs qui jeûnent et vivent en solitude alors qu elles n ont pas vécu cela ? Si elles mentent tout le temps, Satan étant le père du mensonge, pourquoi sont-elles encore en poste à la tête de ces communautés dites catholiques ? Il faudrait quelqu un qui réforme tout ça et redonne un équilibre avec une règle plus saine . Et virer les responsables a comportements despotes déséquilibrés , menteur et manipulateur et malsain . Je ne comprends pas que personne de la hiérarchie de l église n intervienne pour assainir la direction de cette communauté. Les sœurs de mère teresa que je connais rient et ont l air équilibré. Pourquoi gâcher des vocations religieuses dans un système destructeur au lieu d envoyer ces jeunes filles qui se posent la question de vocation dans des communautés équilibrées et validées de façon certaine par l église ? Y a t il non assistance à personne en danger ? Mère Teresa et ses sœurs ont des directeurs spirituels jésuites je crois. Là on dirait que c est les responsables sœurs qui jouent ce rôle. Mais si elles vont mal elles-mêmes comment peuvent-elles accompagner des jeunes qui arrivent au monastère ? Tout cela est aberrant. J espère que quelqu’un va superviser tout ça pour assainir tout ce que vous décrivez dans votre livre .

    • Je répondrai, car suis un peu dans le cas de Patricia. Ces sœurs ont courtisé les évêques. Je veux dire qu’elles savent faire. Lorsqu’il y avait le Cardinal Lustiger j’allais l’apporter des cadeaux des sœurs de Paris. Et surtout, elles ont des gens dans la politique, dans les consulats, des familles riches de filles qui sont dedans. De l’influence. Elles disent que vont changer, mais jamais cela se fera. Qu’elles commencent à donner un peu d’argent pour vivre à celles que comme moi sommes parties sans rien et sans sécurité sociale

Revenir en haut