LES SECRETS DES HÉRAUTS : 6- D’où vient leur argent ?

Dimanche 27 octobre 2019 — Dernier ajout lundi 28 octobre 2019

La première organisation liée aux Hérauts de l’Évangile a été fondée par Clá Dias en septembre 1997. Elle s’appelait l’Association culturelle Notre-Dame de Fatima (ACNSF).

Par Mirelle Pinheiro et David Ágape

Article publié en portugais, sur le site metropoles.com, le 23 août 2019

Trois autres institutions ont été enregistrées au cours des années suivantes : l’Association brésilienne des Hérauts de l’Évangile (AEB), créée en août 2000 ; L’Association catholique Reine des Vierges (ACRV) en mars 2007 ; et la Société Clerical Virgo Flos Carmeli (SCVFC), créée en novembre 2007. Chacune d’elle possède une centaine de filiales réparties dans tout le pays.

Dans toutes ces associations à but non lucratif, on évite le lien avec les Hérauts de l’Évangile, ainsi que les mentions de Clá Dias, Plinio ou de sa mère, Lucilia. Selon un ancien membre de l’organisation religieuse, l’idée est de séparer l’image controversée des Hérauts et de la TFP des campagnes de collecte de fonds. Le principal argument mis en avant dans la recherche de fonds est que les serviront à diffuser la dévotion à Notre-Dame de Fatima.

Selon un ancien membre de la communauté religieuse qui a travaillé dans le secteur financier de l’institution et qui a parlé avec Metropoles, mais qui désire maintenir l’anonymat, le revenu mensuel des Hérauts en 2015 était de 11 millions de réais (2,5 millions d’euros).

L’argent provient principalement du Brésil et d’autres pays, comme le Portugal, l’Espagne et l’Italie. Ces ressources ont permis de construire les châteaux. Les revenus sont obtenus par des dons par courrier et via des virements bancaires automatiques. Sur le site internet brésilien “Reclame aqui”, il y a des dizaines de plaintes de personnes qui réclament l’annulation de prélèvements faits sur leur compte bancaire.

Les membres chargés de recueillir les dons rendent visite aux bienfaiteurs, de façon personnelle. Généralement, pour cette rencontre, ils y vont en équipe de deux. Lors de la première visite, les Hérauts apportent une photo de Notre-Dame de Fatima.

Selon un ex membre de la congrégation, la direction de l’institution religieuse a acheté auprès de certaines entreprises des centaines de fichiers contenant les coordonnées de possibles donateurs. Ces noms étaient ensuite distribués aux missionnaires qui faisaient les visites. « Au Brésil, il y avait ainsi plus de 150 équipes qui sillonnaient le pays à la recherche de donateurs réguliers », nous explique la personne interrogée.

Selon son témoignage, dans chaque équipe, chacun a un rôle bien précis : il y a « Saint Telme », et « l’arrière-garde ». Le premier est responsable des résultats et de suivre les objectifs imposés. L’autre est chargé d’organiser les visites, de conduire la voiture, de trouver un logement, de faire les repas et les achats.

La stratégie est tellement bien huilée que lors des visites, si quelqu’un arrive soudainement et semble perturber la demande de dons, l’arrière-garde a pour mission de "distraire" cet intrus pendant que l’autre essaie de convaincre le futur donateur. Après une longue argumentation, ils demandent aux futurs donateurs de parrainer un séminariste en mettant en place un virement automatique depuis leur compte bancaire.

LES SECRETS DES HÉRAUTS : Introduction

1- Comment les enfants arrivent-ils dans les châteaux ?

2- Lavage de cerveau et séparation d’avec la famille

3- La mort mystérieuse de la jeune femme que les Hérauts ont déclaré sainte

4- J’ai été victime d’abus, mais on m’a convaincu que c’était de ma faute.

5- Qui est Clá Dias, le leader des Hérauts ?

6- D’où vient leur argent ?

7- Les doutes qui planent sur la tête des Hérauts

8- Mouvement catholique ou secte religieuse ?

Voir en ligne : https://www.metropoles.com/materias…