Dans les yeux d’Olivier : mercredi 15 avril, 22h45

Dimanche 12 avril 2020

Par Xavier Léger Chers lecteurs et amis de ce site internet, j’ai la joie de vous annoncer que j’ai été interviewé par Olivier Delacroix pour son émission « Dans les yeux d’Olivier » qui sera diffusée ce mercredi 15 avril 2020, en deuxième partie de soirée.

Je le découvrirai en même temps que vous, je ne peux donc rien en dire pour le moment… hormis que l’équipe de tournage, et en particulier Olivier Delacroix, ont été vraiment formidables pendant ces trois jours de tournage.

Je profite de ce message un peu personnel pour vous inviter, si vous ne l’avez pas encore fait, à regarder l’émission réalisée il y a quelques mois pour Planete+, qui fait un excellent portrait de moi et de mon histoire dans un format un peu plus long : https://youtu.be/e2Kb-CNiwsg

Vos réactions

  • Pascal Hubert 24 avril 2020 16:28

    Merci Françoise pour ton opinion, que je partage entièrement. Parce que, dans l’église, tout se tient, de bas en haut et de haut en bas. Les Communautés et Mouvements déviants ne sont que les derniers maillons de l’abus de pouvoir exercé par l’église elle-même sur les corps et les consciences. Il suffit de relire l’histoire de l’église et les propos tenus encore récemment par le pape François (« Au peuple de Dieu, il faut donner la nourriture solide de la foi, ne pas nourrir le peuple de dieu avec des questions disputées. Que la dimension du relativisme, disons-le ainsi, qui fera toujours partie de la discussion, reste entre les théologiens, mais ne jamais l’apporter au peuple parce qu’alors le peuple perd son orientation et perd la foi. Au peuple, il faut toujours donner la nourriture solide qui alimente la foi. ») J’en ai déjà fait part à Xavier, que j’apprécie réellement et que j’ai déjà eu l’occasion de rencontrer autour de son livre relatant sa mésaventure sordide chez les Légionnaires du Christ. Mais sa "profession de foi", malgré et envers tout ce qu’il a subi me reste en travers de la gorge… Il n’est évidemment pas le "méchant" comme il le dit, à juste titre, dans le reportage, mais ce n’est pas une raison suffisante pour demeurer dans un système clérical éminemment pervers et misogyne, dont l’ADN est la soumission des fidèles, l’omerta et sa réputation millénaire au détriment même de ses victimes. Cette église est un scandale absolu, que l’on ne saurait résoudre par un tour de passe-passe énoncé encore trop souvent par les catholiques : "Nous sommes l’église !" Il ne suffit pas de l’affirmer pour avoir un quelconque poids, mais à rester encore et encore dans pareil système on le fait perdurer encore et encore. Je crois, pour ma part, qu’il est plus que temps que chacun et chacune prenne enfin sa vie en main, s’autonomise, et cesse d’être encore et toujours sous l’emprise d’une église décadente, dont ni la morale ni la doctrine ne sont des exemples à suivre. C’est ce que j’ai tenté de relater récemment au travers d’un billet sur mon blog, parce que si certains croyants continuent à avoir "mal à leur église", moi j’ai mal pour eux, en constatant qu’ils restent encore et malgré tout ce qu’ils ne peuvent plus ignorer aujourd’hui…

  • Françoise 24 avril 2020 11:58

    Hello Xavier

    Merci pour ce témoignage. Je n’ai pas vu dans les Yeux d’Olivier mais vu le reportage plus complet que vous aviez signalé que j’ai trouvé très intéressant pour montrer les étapes de l’embrigadement, de l’emprise et des étapes de prise de conscience jusqu’à votre sortie physique, qui n’est pas la sortie d’emprise complète, mais le début d’une démarche d’exfiltration sectaire. Cette sortie d’emprise prend du temps, des années, même si cette partie n’occupe que peu de place sur le reportage.

    Quand vous avez compris qu’en étant lanceur d’alerte vous ne pourriez plus être prêtre, avez-vous réellement compris qu’entre l’institution cléricale et ces sectes (pas seulement la Légion du Christ mais toutes les autres dans différents courants), il y a une entente et que l’une protège les autres et vice-versa ?

    Parce que pour moi personnellement, c’est la réalité que j’observe malheureusement et ça dépasse la réalité sectaire (en soi abominable) puisque l’institution cléricale est dépendante financièrement et structurellement de ces sectes et qu’il n’y a pas d’espoir qu’il y ait véritablement une rupture franche entre le Vatican et ces groupes dérivants. Et que cela va même plus loin dans le sens où, le temps passant, ces structures sectaires (condamnées en surface mais jamais complètement ni exclues) sont appelées à prendre la suite de la direction cléricale globale via différentes prélatures et autres lois. Pourquoi ? Parce que le Vatican ne veut pas renoncer à des systèmes déjà mafieux, dérivants, criminels que ce soit via l’IOR, l’exploitation sexuelle de religieux et religieuses, l’exploitation domestique et sexuelle d’enfants (et à fortiori des plus en difficulté), que ce soit des relations avec différentes mafias et groupes terroristes, mais aussi souhaite toujours garder sa milice et ses méthodes les plus sombres. Et qui ne sont pas des méthodes et des comportements récents mais qui ont toujours plus ou moins prévalu depuis les débuts de l’institution si l’on se documente sur l’Histoire des religions.

    Personnellement, c’est ça que je trouve le plus inquiétant actuellement, et qui mène le catholicisme romain institutionnel vers l’autodestruction avec une accélération d’autant plus forte ces dernières années, que les témoignages affluent et dépassent les témoignages des victimes de communautés dérivantes sectaires.

    Chaque épiscopat catholique est intiment dépendant et lié à ces groupes dérivants sectaires et cette emprise malheureusement cerne aussi bien l’enseignement, que la vie des paroisses, des diocèses, la direction des pélerinages, celles des études religieuses. Il n’y a pas un secteur de la vie religieuse réellement épargné par cette emprise.

    Et il n’existe pour le moment aucun clerc qui osera taper du poing sur la table et dénoncer la situation. Pour les raisons que l’on peut comprendre de simple survie au sein du système. Mais clairement, c’est tellement visible que même le croyant pratiquant lambda quand il regarde les listings, les responsables diocésains, les animations paroissiales, les propositions religieuses de son diocèse, s’en rend compte.

    Et ce genre de situation ne plaide pas dans ces conditions, pour transmettre sacrements et pratiques religieuses à ses enfants. Transmettre la foi, oui. Mais personnellement, je n’ai pas du tout envie de mettre ma fille dans un établissement religieux au plan scolaire et encore moins au catéchisme compte tenu de qui tient ces responsabilités et du discours qui y est tenu. Si je compare avec le caté que j’ai eu durant les années 70, franchement, on est à des années lumière. Et quand je vois le degré d’influence aujourd’hui des groupes dérivants sectaires et des manipulations qui démarrent dès les premiers cours de caté (j’ai des échos par ma meilleure amie dont le fils suit le catéchisme) et ce qui se passe en terme de gestion des établissements et des orientations idéologiques…j’ai plus envie de préserver ma fille de ces influences que l’inciter à y participer. Sinon, j’aurais l’impression de la mettre en danger à tous les niveaux.

    Ca me rend triste car j’ai de très bons souvenirs scolaires dans l’école primaire privée où j’étais dans mon village natal. Et de très bons souvenirs du catéchisme de mon enfance et des sacrements reçus.

    Mais en conscience, vue la situation aujourd’hui, il me paraît totalement impensable d’envoyer ma fille dans ce repaire à manipulations mentales. Encore moins en ayant subi indirectement l’influence OD paternelle et les violences qui en découlaient durant de longues années. En ayant toujours la surveillance OD régulière sur notre famille.

    Je ne sais pas comment vous voyez ça en tant que père de famille. Si la Légion vous fait surveiller, vous et les vôtres, comme le fait l’OD concernant ma famille. Mais de mon côté, pas du tout envie de nouer une relation religieuse entre ma fille et l’institution après avoir vécu toutes ces épreuves.

    Ce qui n’empêche pas d’être heureux, Dieu merci. Et de vivre la foi autrement. D’une façon plus authentique finalement. Mais ça place dans une position particulière vis à vis de notre religion. Et des religions en général.

    Bonne continuation et bon courage ! Je suppose qu’en cette période, tout comme moi, vous télétravaillez avec vos élèves. Et qu’il faut en plus faire la classe à la maison aux enfants. Flux tendu…

    Prenez soin de vous.

    Cordialement

    Françoise

  • Merci et meilleurs souvenirs 22 avril 2020 12:41, par Gosset Jean-Pierre

    Bonjour Xavier, nous nous étions rencontrés, fin 2013 je crois à Lyon (DCBF). Je viens de visionner et ai beaucoup apprécié la délicatesse et la rigueur avec laquelle tu reviens sur ce vécu, avec quelques années de recul de plus depuis la sortie de ton livre. Le drame de l’emprise sectaire au sein de l’Église tient à ce que, quand cette emprise est pressentie puis sue par des dirigeants, elle est tolérée et cachée autant qu’il n’y a pas de scandale et que le profit matérialiste -notoriété, argent, disciples nombreux- dépasse le risque. L’institution applique le principe avantage risque, ou plus crûment l’efficacité matérialiste. Ton témoignage recoupe trop d’autres qu’ils concernent l’OD, les béatitudes, les p’tits gris, l’Emmanuel (Courage !) pour que les chrétiens se laissent rouler dans la farine par un épiscopat complice. Secouons-nous, l’Église a besoin de nous. Je salue aussi ton père, reconnu malgré les décennies passées.

    • Question à JP Gosselin 23 avril 2020 13:57, par Christophe

      Bonjour Monsieur,

      Je suis d’accord avec vous, les LC ne sont pas les seuls, loin de là… Parmi les communautés nouvelles, il semblerait que l’Emmanuel soit la seule à ne pas avoir, du moins officiellement, de casseroles. Qu’est-ce qui vous la fait nommer ? Sont-ils plus « intelligents » que d’autres pour rester à l’écart du scandale ?

  • Sébastien 20 avril 2020 18:43

    J’ai vu plusieurs films/documentaires dans lesquels vous parlez de votre expérience à la Légion du Christ et celui-ci est le plus réussi, le plus convaincant. Un seul mot : bravo !

  • VASSELLE 18 avril 2020 19:49

    Bonjour Xavier,

    Quel beau témoignage ! Merci de votre sincérité et de votre clairvoyance. C’est une grâce que vous soyez paisible. Bravo à votre épouse qui vous a aidé à fonder cette belle petite famille. Merci aussi de ne pas enfoncer notre pauvre Eglise si attaquée en ce moment. Avec toute mon amitié.

    PLV

  • Ana Azanza 18 avril 2020 15:21
  • Ana Azanza 18 avril 2020 15:19

    Félicitations Xavier et merci, je suis très jalouse de voir qu’en France c’est possible une émission pareille concernant le sectarisme dans l’église. Pour l’instant rien de semblable ici en Espagne. Super interview et explications, de la beauté, l’ordre, le pouvoir rayonnant à Rome, près du Vatican, qui attire et attache les victimes. Et puis le vrai travail des prêtres légionnaires, chercher de vocations et des sous, toujours moyennant le mensonge et le gros travail auprès de hauts prélats pour gagner leur bienveillance. Tout est bien exposé et chacun peut comprendre. Et je tiens à dire que ta secte n’est qu’une copie collé de la mienne, la super secte espagnole de réference que tout le monde connaît qui est intouchable, en France, en Espagne, au Vatican. Merci

    • Dans les yeux d’Olivier : mercredi 15 avril, 22h45 19 avril 2020 08:29, par Xavier Léger

      Bonjour chère amie, et tout d’abord merci pour votre message. Vous savez, il y a une dizaine d’années, ce type de reportage était également impensable en France. Il a fallu un travail patient de sensibilisation et d’information… Les associations de lutte contre la pédophilie ont notamment beaucoup aidé à préparer le terrain à ce qu’on puisse enfin parler des abus spirituels. Maintenant, je suis convaincu que l’Espagne et l’Italie suivront le mouvement. C’est inéluctable. Et je suis d’accord sur le copié-coller OD-LC.

  • DEMARLE 17 avril 2020 16:23

    Bonjour Xavier,

    J’ai bien visionné l’émission dans les yeux d’Olivier sur l’abus de faiblesse.

    J’ai beaucoup apprécier votre témoignage. Il faut avoir du courage. Ce n’est pas facile de se reconstruire.

    Je trouve dommage que d’autres victimes de communautés nouvelles, comme les Béatitudes, n’aient pas pu témoigner dans cette émission. Il y a eu aussi abus de faiblesse.

    Cela dit je suis d’accord. Ce n’est pas aux victimes de communautés de quitter l’Eglise. Il faut, avec sa Foi, dénoncer les abus.

    Merci encore.

    OLIVIER

  • Myriam 16 avril 2020 10:31

    Bonjour Xavier J aime beaucoup cette emission et Olivier Delacroix a tout le « profil » pour ce genre d emission. J aime sa Bienveillance… Quant à vous, Xavier, on peut vous remercier pour votre temoignage ėdifiant, instructif, poignant bien sur… Nous avons besoin de temoignages comme le votre -entre autre- Je vous souhaite le Meilleur a Vous et à votre petite Famille

  • Christophe 13 avril 2020 11:45

    Merci Xavier Léger pour ce lien, j’ai regardé la vidéo hier et l’ai trouvée très instructive. Bravo pour votre courage ! Ecouter sa conscience quitte à reparamétrer son choix de vie, c’est accepter d’être mené là où l’on n’aurait pas pensé aller. Bravo aussi à la petite famille qui vous accompagne dans votre action.

    • Merci pour l´annonce de l´ emission de cette episode : Olivier qui rencontre Xavier. Merci a toi, Xavier.

      Merci de prier pour moi. Pendant le lock-down je suis devenu (de nouvau aprés une trés douleureux etappe dans une communauté derivante) « victime » d´un « guide spirituel » abussant - seulement par téléphone, mais son projet, de detruire toute estime de moi dans mon esprit, « porte déjà de fruits ».

      Je cherche, de couper le lien detruisante avec ce prêtre, mais ce n´est pas possible, parce que jé n´ai pas une autre personne dans ma vie.

      Son monde existe seulement des hommes, des personnes riches et puissantes. Ses efforts d´agir compatissant en face des Faibles, des malades, des mourants etc. pendant cette Pandemie - sont ridicule, finalement absoluement PERVERS. Il me semble son narcissm est tellement fort qu´il risque de perdre sa finalité : entrer au ciel aprés sa mort. Mes efforts de lui montrer qu´il vit dans une boule sont vaine.

      Ces pauvres personnes narcissiques dans l´Eglise sont inguerissable. Il faut tourner une Reportage Avec un psychiatre et un ecclesiologue : Quelle Avenir pour une église qui nourrit continuellement le narcissm de son clergé… Une caricature : « les hommes au Vatican ». Quelle temoignage pour le monde secularisée. C´est un drame sans fin.

      J´ai informé le superieur du prêtre, mais ca fait rire - il me semble - quand « le victime d´abus spirituel » reste en lien Avec l´abuseur.

      Je n´ai pas l´impression que - depuis l´annus horribilis 2010 - les ressaux socials pour soutenir victime d´abus spirituel sont devenue plus nombreux, plus accessible, …

      L´abus spirituel reste une categorie d´abus Sous-estimé. Ce Jeudi j´ai decidé de quitté l´Eglise pour toujours.

      Le manque des vocations sacerdotals fait possible qu´un prêtre ne comprend plus « le mystere de chômage » - pendant une Pandemie comme « Covid19 »… C´est Incroyable, mais vrais. Qui connais un prêtre sans salaire en Allemange ou en Autriche ? Personne.

      Je suis sûr que la Pandemie a aidé beaucoup de prêtres de trouver des « victimes completement isolée ». Je ne suis pas la seule - Avec un estime-de-soi completement detruite par un prêtre pendant la Covid19-crisis.

      Bravo, pour cette Generation de « chouchou »-Prêtres.

      Anonyme.