Crise interne au sein de la Légion du Christ

Jeudi 6 mai 2010 — Dernier ajout dimanche 24 novembre 2019

Voici une lettre écrite par un membre de la congrégation des Légionnaires du Christ. Certes, l’émotion qui transparait dans ses propos le fait aboutir à des conclusions un peu romanesques… mais cette lettre permet de comprendre la blessure que vivent tant de légionnaires aujourd’hui.

Que ton Règne vienne !

Très estimé dans le Christ, P.,

Ouvre les yeux !

Libère toi du mythe Maciel !

Mets toi à la suite du Pape qui accuse le père Maciel d’être un délinquant sans scrupule et dénué du moindre sentiment religieux !

Il est sûr que le communiqué du 1er mai 2010 apporte la paix, en établissant qu’il est indéniable que la culpabilité des comportements très graves et objectivement immorales du père Maciel, qui s’est fabriqué « son propre rôle de fondateur charismatique ». Indéniable, cela signifie une certitude absolue, parfaitement documentée. « Son propre rôle »= Dieu ne lui a pas donné la mission de fondateur. Maciel, génial imposteur, s’est fait passé pour un fondateur charismatique.

Il est certain que le communiqué apporte de la paix, à reconnaître que nous, les Légionnaires de base, nous sommes victimes du père Maciel, et de ses complices. Pour cette raison, le Pape nous donne la procédure à suivre, au numéro 4 :

A. Redéfinir le charisme, étant donné que la seule chose qui vaille dans le pseudo-charisme de Maciel, c’est la « militia Christi », qui est en fait le premier pas de toute vie chrétienne : « une action apostolique et missionnaire ». La vocation n’appartient pas à un soi-disant « charisme » du père Maciel, « il provient de l’appel du Christ », pour « témoigner au monde de Son amour » qui « ne s’identifie pas avec l’efficacité à n’importe quel prix », que l’on résume dans l’expression « des fruits, des fruits, des fruits ».

B. Réviser l’exercice de l’autorité, parce que la forme actuelle ne respecte pas la vérité, ne respecte pas la conscience, n’est pas au service de l’Eglise… en d’autres termes, l’autorité dans la Légion est au bénéfice de qui a le pouvoir.

C. Préserver la foi et le dynamisme missionnaire des jeunes : cela signifie que le Pape veut éviter que les jeunes perdent la foi à cause du père Maciel et de ses complices.

C’est pourquoi le Pape va désigner une autorité authentique, avec la volonté ferme de :

  • Purifier / purger les complices
  • Aller à la rencontre des victimes « d’un système de pouvoir appliqué par le fondateur »
  • Remercier ceux qui, « pris dans de grandes difficultés, ont eu le courage et la persévérance d’exiger la vérité »

Et ainsi, la taille immense de cette tâche exige l’envoi d’un délégué du Pape, avec les pleins pouvoirs, parce qu’il doit arriver à libérer les consciences, en finir avec le mythe Maciel et remettre le Christ dans la vie de la Légion.

Souviens toi du Communiqué Capitulaire de 2004 (N°27, p. 21) :

« Pour cette raison, faisant écho aux paroles mêmes des pères capitulaires réunis en 1980, nous voulons répéter avec force que ’la mission de Nuestro Padre Fondateur est accomplie, mais pas encore achevée’ (1980, n°4). Parce que, en fait, sa mission de Fondateur continue et continuera d’être en vigueur et efficace jusqu’au jour, que Dieu veuille le plus loin possible, où celui-ci s’en ira vers la maison du Père. Il est et continuera toujours d’être notre fondateur, l’instrument choisi par Dieu pour réaliser l’un des plus grands projets spirituels de l’Eglise du 20e siècle. Il continue d’être le transmetteur du charisme de Dieu pour la Légion et pour les Légionnaires. Il est et sera toujours Nuestro Padre ».

Le Communiqué Capitulaire de 2004, au n°7 dit : « Les pères capitulaires, en promettant obéissance au nouveau directeur général, ont décidé également de faire un promesse spéciale de fidélité au charisme spirituel et apostolique transmis par Nuestro Padre, ainsi qu’à sa personne. »

« Comme hommage de gratitude et de fidélité, qui surgit spontanément de notre cœur, pour celui qui, pendant 64 ans a dirigé la Légion et le mouvement, dans un don de soi absolu et ininterrompu, et qui est un véritable père spirituel pour chacun des légionnaires et des membres du Regnum Christi, nous avons voulu ajouté à ce communiqué une partie spéciale sur la figure de Nuestro Padre Fondateur » (Communiqué capitulaire 2004, n°8).

Marcial Maciel le pédophile, le procréateur d’enfants sacrilèges, l’excommunié pour avoir violé le secret de confession, est décrit par le Chapitre général de 2004, au n° 23 :

« Il faut comprendre que Dieu, afin de transmettre à son Eglise le charisme qu’il avait prévu à travers la Légion et le Regnum Christi, avait besoin d’un homme généreux, disposé à conjuguer sa vie avec l’œuvre qui devait naître, avait besoin d’un instrument docile, capable de comprendre et de transmettre intégralement le plan de Dieu, avait besoin d’un soldat fort et intrépide, pour affronter les grands combats que suppose le fait de fonder une œuvre de cette envergure, avait besoin, enfin, d’un vrai martyr de l’amour, qui croit en l’amour, et dont le zèle pour le salut d’une seule âme l’a conduit mille fois au calvaire. Ainsi est né le premier Légionnaire. Et ainsi il a vécu, pendant plus de 64 ans, sans jamais pouvoir refuser quoi que se soit à Dieu, poussé et soutenu par la force de l’amour, dans une course contre le temps pour faire partager la connaissance et l’amour du Christ au plus grand nombre possible d’hommes ».

Dans le communiqué, n’apparait pas le mot de charité, alors que la notion de vérité, qui s’oppose au silence, est récurrente. J’apprécie la vérité, et j’admire Benoît XVI pour son acte héroïque de s’affronter au père Maciel, et à son système de pouvoir. Benoît XVI, qui a souffert sous les nazis, comprend la situation actuelle des Légionnaires sous Maciel.

P., je ne perds pas mon temps sur internet, il suffit de quelques minutes pour laisser entrer le soleil de midi, il n’y a pas de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. La vérité, c’est que j’ai donné plus à la Légion que la Légion ne m’a jamais donné.

C’est grâce à moi que la Légion existe.

Alors que je travaillais, Maciel couchait avec des femmes et violait des enfants,

alors que je travaillais sans répit, comme je le fais encore aujourd’hui, Maciel exploitait des bienfaiteurs,

alors que j’obéissais au Pape, Maciel mentait au Vicaire du Christ.

La Légion est à moi, ce n’est pas l’œuvre d’un délinquant sans scrupule, ni sentiment religieux.

Cesse de prier pour que je sois saint. La Légion n’a pas besoin de saints, mais de martyrs, qui, par l’effusion de leur sang, rachètent tout le mal que le père Maciel et ses complices ont fait, et font à tant de gens. La Légion et le Regnum ne doivent pas disparaître : ils doivent vivre pour laver, avec le sang, les délits du fondateur. La Légion a besoin de martyrs, et pas d’économes, collecteur d’aumônes, vendeurs d’indulgences. La pauvreté n’a jamais fait de mal à l’Eglise. Nous avons besoin que les légionnaires travaillent aux coude-à-coude avec les pauvres et ceux qui sont dans le besoin. Laissons là la recherche absolue d’efficacité, et acceptons la croix, l’échec, la déroute. Utilisons notre temps et notre argent au service de ceux qui ne nous donnerons pas un centime. Qui est le patron des missions ? Un raté, St François Xavier, car aujourd’hui, ni le Japon, ni la Chine, ni l’Inde ne sont catholiques. Que reste-t-il des grandes œuvres de Saint Paul ? Ses grandes communautés sont musulmanes aujourd’hui. Où sont les fruits, les fruits, les fruits de Saint Augustin ? Hippone est un désert. Le rédempteur, c’est le Christ, et ses critères de rédemption et de libération sont très différents des Groupes Alfa, Integer ou de la Fondation Altius.

P., demande et recherche le martyr, celui de la vérité, et non le martyr proclamé dans le Chapitre Général.

PPG, lc