Les éléments de langage des légionnaires sur le scandale du fondateur

Lundi 1er février 2010 — Dernier ajout dimanche 24 novembre 2019

Le document qui suit est un argumentaire qui a été distribué l’année dernière aux membres de la congrégation des territoires nord-américains, afin de leur donner les éléments de réponse au sujet des révélations imminentes concernant leur père Maciel.

On voit bien la stratégie qui se met en place – celle que nous dénonçons depuis déjà plusieurs mois ! – et qui consiste à dire : « oui, c’est malheureux, nous regrettons les péchés de notre fondateur… mais par un MIRACLE EXTRAORDINAIRE, celui-ci a quand même été l’instrument choisi par Dieu pour réaliser, DANS SON INTEGRITE, la volonté de Dieu en créant la Congrégation des Légionnaires du Christ. On se détache du fondateur, avec une certaine tristesse, voire la larme à l’œil, mais on ne remet RIEN EN CAUSE !!!

Les désordres moraux du père Maciel sont minimisés et réduits « AU FAIT QU’IL AIT EU UNE FILLE » !!! Quel témoignage à la vérité !

Le ton est celui de la défensive. D’où vient ce besoin de se justifier encore en s’appuyant sur le Catéchisme de l’Eglise Catholique, sans le citer précisément ?

L’argument principal consiste, une fois n’est pas coutume, à instrumentaliser les paroles du Pape Benoit XVI et du Cardinal Franc Rodé. Quiconque remet en cause le charisme de la Légion, s’opposerait au Saint Père et à toute la curie romaine. Ben oui, forcément, alors…

Le questionnaire prétend qu’aucun supérieur n’était au courant… mais que quand même, c’est vrai, ils auraient pu se douter un peu ! C’est un peu fort de café !

Enfin, dernier point, que souligne le blog conlajusticia (qui est à l’origine de la publication de ce document), et que je retranscris ici : « La simple lecture du document indique clairement que les dirigeants de la Congrégation ne tiennent pas le moindre compte de la liberté de pensée de chacun de ses membres, étant donné que, sous la forme d’endoctrinement ou de catéchisme par « question » et « réponse », ils expliquent les bonnes réponses que chacun doit donner. Apparaît une fois de plus l’influence de l’habitude d’une obéissance (…) annulant leur liberté et leur individualité. »

Voici, ci-dessous, le document en question :

Lignes directrices pour répondre à certaines questions

Avant-propos :

Toutes nos paroles doivent être inspirées et guidées par la charité chrétienne, sachant que « la charité est le triomphe de la vérité » (Saint Augustin).

C’est un moment de grande douleur pour les Légionnaires du Christ, les membres du Regnum Christi et toutes les personnes liées à l’Église. Voici un grand mystère : comment l’Esprit Saint arrive-t-il à jouer des mélodies magnifiques sur un instrument cassé ? Cependant, rappelons-nous que, à l’égard des personnes qui ont été blessés, nous ne pouvons effacer leurs souffrances en leur montrant les bonnes choses que Dieu fait à travers la Légion du Christ et le Regnum Christi.

Nous devons parler et agir à la lumière de l’Evangile et des principes de la morale catholique que l’on trouve résumés dans le Catéchisme de l’Église Catholique à propos de la vérité, de la charité et de la attitude juste vis-à-vis des défauts d’autrui.

Nous devons manifester notre foi, notre espérance et notre charité - en particulier envers ceux qui ont été blessés - et confier ces derniers à la miséricorde de Dieu avec grande paix et sérénité.

Il y a des gens qui, par respect, sensibilité, bonté chrétienne, profonde gratitude, etc, ne veulent pas entrer dans les détails à propos des comportements de Nuestro Padre. Leur réponse consiste à prier et à offrir leur proximité, humainement et spirituellement, à ceux qui ont été troublés et blessés. Nous devons respecter et encourager cette attitude, aussi bien pour nous, comme pour les autres. Le point de départ est de reconnaître et de rendre grâce pour tout le bien que nous avons reçu.

Toutes ces conversations doivent se dérouler en évitant d’entrer dans le débat, avec la plus grande sérénité possible, en gardant un regard surnaturel sur les évènements, et en faisant savoir aux gens qu’il est parfaitement normal d’avoir des points de vue différents, des tons de voix différents dans leurs réponses, etc . Ceci est également dû à l’état de souffrance, de fatigue et de douleur que nous vivons tous, et cela demande beaucoup de patience, de compréhension ainsi que la certitude que nous désirons tous la même chose. Si tout cela nous fait tant souffrir, c’est parce que nous aimons tous la même chose.

Nous aimons le Christ en écoutant les autres, en offrant notre amitié et en acceptant nos propres échecs humains et imperfections.

Nous devrions toujours demander de l’aide, des prières, la compréhension et beaucoup de confiance, en tant que membres d’une seule famille, d’un seul corps dans l’Église et dans le Mouvement. Nous devons nous assurer de soutenir chaque personne qui en a besoin.

Ce sont des moments de prière, d’humilité, d’unité et de charité.

CE QU’IL FAUT FAIRE :

1. Présenter nos excuses à tous ceux qui ont été blessés par les actions du père Maciel.

2. Etre désolé du scandale occasionné pour l’Eglise

3. Offrir nos prières à tous ceux qui souffrent à cause de tout cela et demander aux fidèles de prier pour nous.

4. Dans toutes nos réflexions, actions et paroles, notre point de départ est le suivant : Nous avons cherché à agir, et nous essayons d’agir à la manière de Jésus-Christ. Nous avons tenté d’éclairer nos décisions à la lumière de l’Evangile, en suivant le Catéchisme de l’Eglise Catholique, après avoir écouté les conseils de nombreuses personnes en union avec le Saint-Siège. Les principes qui nous guident sont ceux de la justice, de la charité et de la miséricorde envers tous.

Questions / Réponses :

Qu’avez-vous à dire à propos du père Maciel ?

A notre surprise et non sans douleur, nous reconnaissons que certains comportements de notre fondateur étaient incompatibles avec son état sacerdotal. Nous sommes profondément désolés pour les fautes qu’il a commises et nous demandons pardon pour le scandale que cela a provoqué.

Il peut être utile de lire la lettre que le Père Alvaro Corcuera a écrite aux membres du Regnum Christ et aux amis, ainsi que l’article paru dans Zenit sur ce point. Ces textes fournissent des indications sur l’attitude intérieure à avoir devant cette situation (la lettre) ainsi qu’une information concise (l’article).

Malgré tout, nous ne pouvons oublier que notre fondateur a été l’instrument qui su transmettre, dans toute son intégrité, le charisme que Dieu lui avait confié et que l’Eglise a approuvé. Pour cela, nous lui serons toujours reconnaissants. Dans tous les cas, il a passé le flambeau, et maintenant son jugement est entre les mains de la miséricorde infinie de Dieu.

Qu’a fait le père Maciel ?

Comme vous le savez, il est de notoriété publique qu’il a eu une fille. Par respect pour la vie privée des personnes concernées, il ne nous appartient pas de diffuser des informations supplémentaires.

Il y a-t-il eu des malversations financières ?

D’abord, je tiens à être clair sur le fait que nos systèmes financiers sont très soignés et qu’il y a des procédures de contrôle et de surveillance pour empêcher des détournements de fonds. Par le passé, le Père Maciel avait obtenu une telle confiance qu’il avait des fonds disponibles pour son usage personnel. Nous ne connaissons tout simplement pas l’étendue de ces fonds, ni quelle partie a pu être utilisée de façon inappropriée. Et parce que la plupart de ces choses se sont déroulées il y a très longtemps, il est probable que nous ne seront jamais en mesure de déterminer le montant.

Comment pouvez-vous expliquer le comportement du père Maciel ?

C’est très difficile à comprendre. Nous ne sommes pas en mesure de le saisir pleinement, et nous ne le serons probablement jamais. Cela fait partie du mystère du comportement humain, qui engagent des facteurs d’ordre moral et psychologique, des circonstances, etc. Ce qui est particulièrement difficile, c’est d’arriver à mettre ensemble toutes les qualités que nous lui reconnaissions avec les faits qui sont en train d’émerger. Dans tous les cas, il nous a déjà quitté.

Et les accusations des années antérieures ?

Le sujet des accusations d’abus sexuels commis par le père Maciel a refait surface. La Congrégation pour la Doctrine de la Foi a été chargée de l’enquête, en accord avec ses propres procédures.

En Mai 2006, en tenant compte de l’âge avancé du père Maciel et de sa santé délicate, la Congrégation a décidé de renoncer à un procès canonique. Il l’a invité à une vie réservée de pénitence et de prière. La Légion du Christ a alors accepté la décision du Saint-Siège.

Compte tenu de l’action du Saint-Siège, il semble probable que certaines des accusations ont été jugées crédibles. Il n’y a jamais eu de procès, toutefois, et l’autorité compétente n’a pas délivré de verdict. Aujourd’hui, nous ne disposons pas de preuves concluantes au sujet de ces accusations.

La Légion du Christ désire rejoindre et apporter son soutien à tous ceux qui ont été blessés par notre fondateur. Nous entreprenons un examen de nos responsabilités en tant que congrégation à cet égard. Nous sommes profondément désolés pour tout ce qui a pu se passer.

Les supérieurs étaient-ils au courant de ces faits ?

Les supérieurs n’avaient aucune preuve de ces faits, et ils ne soupçonnaient rien.

Et comment était-ce possible ?

Nous avions tous confiance en notre fondateur ; il ne nous est jamais apparu opportun de nous méfier de son comportement. Franchement, avec le recul, nous voyons que nous aurions dû être plus attentifs à différents signaux.

Mais les supérieurs ont agi sans s’en douter, ils n’ont jamais sciemment collaboré avec ses méfaits ni étouffé la situation quand ils l’ont découvert.

Quand ont-ils découvert ces faits ?

Lorsque le Père Maciel a cessé d’être directeur général, en 2005, certains faits ont commencé à émerger peu à peu. Après le communiqué du Saint-Siège en Mai 2006, pendant les derniers mois de la maladie du père Maciel et après sa mort, des indices supplémentaires et des preuves de première main ont refait surface. Les supérieurs ont contacté les autorités appropriées du Saint-Siège et, plus récemment, en accord avec les principes de justice et de charité, ont commencé à informer personnellement les Légionnaires et les membres consacrés de Regnum Christi, comme il arrive souvent dans une famille unie, confrontée à ce genre de situation.

Que ferez-vous si vous apprenez que des membres de la congrégation ont été complices dans les activités inappropriées du père Maciel ?

Nous ne pensons pas que ce soit le cas. Mais si nous apprenons une telle chose, cela sera traité avec sérieux et en accord avec les principes de justice et de charité.

Comment réagissez-vous face à la situation ?

Et bien, tout d’abord, cela nous blesse et nous attriste profondément. Bien plus, nous ressentons une véritable honte lorsque nous apprenons qu’une personne de la congrégation – qui plus est notre fondateur – a pu être source de scandale pour l’Eglise et de douleur pour les fidèles.

Nous nous tournons avec plus d’intensité dans la prière et nous renforçons notre engagement envers le Christ, en concentrant notre attention sur Lui. Nous devenons en même temps plus conscients de la mission de la Légion, qui lui a été confiée dans l’Eglise.

Nous sommes profondément désolés pour tout le mal et le scandale que cela a causé, et pour ceux qui en ont souffert.

Nous nous démenons en ces jours chargés en émotions et nous avons tous besoin de temps pour prier, réfléchir, et assimiler les conséquences de cette situation. Alors que nous nous occupons de tout cela, nous nous maintenons dans le Christ et dans notre identité, en tant que partie de l’Église, sacrement du salut.

Nous nous tournons vers l’avenir avec confiance, avec l’engagement de continuer à servir l’Eglise et les autres.

Que fera la Légion du Christ dans l’avenir ?

Bien entendu, nous passons en revue nos procédures pour nous assurer que rien de semblable ne se reproduira. Nous avons mis notre confiance en Dieu. Et nous savons que notre mère, l’Eglise, marche avec nous et « reconnaît avec gratitude l’apostolat valeureux des Légionnaires du Christ et … du Regnum Christi » (Communiqué du Bureau du Saint-Siège, 19 mai 2006).

Le Cardinal Franc Rodé, préfet de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée nous a rappelé cela au Chili au mois de décembre 2009 :

Alors je lui ai dit (au Saint-Père) que j’allais rencontrer les groupes du Mouvement Regnum Christi et mes amis, les Légionnaires du Christ. Alors, le Saint-Père, le Pape Benoît XVI, m’a répondu : « Dites-leur que je les connais, que je les estime et que je les apprécie. Dites-leur que ma bénédiction les accompagne. Dites-leur de suivre avec conviction le chemin tracé par le charisme donné au Mouvement Regnum Christi, et d’être de grands témoins du Christ et de son Église dans le monde d’aujourd’hui.

Nous avons toujours essayé de parler et d’agir à la lumière de l’Evangile et des principes de la morale Catholique que l’on trouve résumés dans le Catéchisme de l’Église Catholique au sujet de la vérité, de la charité et de la juste attitude vis-à-vis des défauts d’autrui.

Nous savons également que d’autres personnes, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Église, ont été blessés par ces révélations. Nous comprenons que nous avons le devoir de prouver notre fidélité et de travailler intensément pour l’Église.

Nous comptons sur la proximité et sur le soutien du Saint-Père et du cardinal Rodé, ainsi que et sur ces nombreux hommes d’église qui apprécient le charisme et les œuvres d’apostolat de la Légion du Christ et du Mouvement Regnum Christi. Ces derniers nous encouragent fortement à aller de l’avant, fidèles à notre vocation de service à l’Eglise selon le charisme que Dieu nous a donné.