Père Corcuera, par décence, n’avez-vous jamais pensé à démissionner de votre charge ?

Jeudi 23 décembre 2010 — Dernier ajout samedi 23 novembre 2019

Voici un article paru hier sur le site du Trastevere. L’attitude de déni systématique, de manipulation, de refus des évidences… et même de pressions exercées à l’intérieur de l’Eglise finissent par susciter un raz-le-bol général de la part des victimes et d’un grand nombre de membres actuels de la congrégation, comme d’anciens légionnaires. Tout cela est bien triste.

L’encre a coulé à flot depuis que le père Alvaro Corcuera, Directeur Général des Légionnaires du Christ, a publié un décret concernant le prédateur Marcial Maciel. Décret qui, d’après ce qu’affirme la Légion, a reçu l’approbation du délégué pontifical, le cardinal Velasio de Paolis. Des flots d’encre, mais pas vraiment avec des paroles élogieuses. Nous sommes encore et de nouveau dans la même situation de toujours : celle de manifestement ne pas vouloir prendre le taureau par les cornes et de ne pas agir enfin comme la simple décence et la justice l’exigeraient, en minimisant encore une fois le communiqué du Saint Siège du 1er mai 2010, faisant suite à la présentation du rapport établi par les visiteurs apostoliques.

Madrid, le 22 décembre 2010 (par Trastevere)

Ou bien le cardinal De Paolis oublie une bonne fois pour toute le fameux rythme du Vatican (connu pour agir lentement) et prend la décision qu’il aurait dû avoir pris avant d’engager toute autre forme d’actions, ou bien la déception et la discorde deviendront chaque jour plus importantes. Je fais référence à la révocation immédiate de la direction légionnaire, ou au moins d’une partie significative de celle-ci, avec Alvaro Corcuera en tête de liste, au rapprochement attendu avec les victimes du faux prophète, à la reconnaissance et au pardon public à leur égard, avec noms et prénoms, et l’engagement ferme de répondre avec les indemnisations escomptées et cela, d’une façon immédiate.

Ne nous laissons pas tromper, et ne les laissons pas nous tromper. Il est impossible de changer quoi que ce soit dans la Légion tant que la direction actuelle de la Légion, incluant la majorité de ses directeurs territoriaux, continuent de tenir les rênes de la LC et du RC, et continuent d’agir comme des gestionnaires d’un système qui, qu’on le veuille ou non, a été fortement remis en cause par le Saint Siège, avec des paroles très dures concernant l’initiateur, le fondateur ou grand faussaire et escroc – comme vous voudrez l’appeler – Marcial Maciel, lequel, par décision de Corcuera, ne pourra plus être appelé en public « Nuestro Padre » (Notre Père).

Ce serait un grand pas en avant si ce fameux décret était vraiment appliqué, sans les exceptions et les nuances qui y ont été ajoutées. Mais une fois de plus, on joue avec les demi-vérités, les demi-mots et, pourquoi pas, avec les demi-dispositions. Nager tout en restant habillé… C’est déjà ça, messieurs ! Arrêtez de tourner autour du pot ! Cessez cette attitude de fuite et mettez de côté votre orgueil notoire ! Cessez ce double jeu une bonne fois pour toutes, et faites ce qu’il convient et que tant de personnes attendent de vous : DEMISSIONNEZ !

Permettez à certaines personnes honnêtes et préparées – qui existent également dans la LC et le RC, malgré la désertion massive qui est en train de se produire à cause de votre attitude incompréhensible – de prendre votre place pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être, car au rythme où vont les choses, un tel sauvetage apparaît de plus en plus illusoire. Chaque jour qui passe dans cette situation, le nombre de ceux qui acceptent de supporter cette grande imposture diminue, et le nombre de ceux qui souffrent à cause de vous, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, augmente. Et le plus grave, c’est le tord que vous faites à la crédibilité de l’Eglise, qui a déjà suffisamment à faire en ce moment pour que vous n’y ajoutiez un fardeau supplémentaire.

Vous êtes tellement culottés que sur certaines pages officielles de la Légion dans différents pays, comme c’est le cas en France, le décret a été publié de façon incomplète ou manipulée. Comme me l’ont dit certains français : « heureusement que nous avons pu le lire dans son intégralité sur le Trastevere ! ». Je suis convaincu que si celui-ci n’avait pas été rendu public dans ce forum de discussion, comme tant d’autres documents, tout aurait été réduit à une simple communication interne. Curieusement, vous avez bien oeuvré, père Alvaro, avec l’aide des autres supérieurs et directeurs territoriaux, pour faire la promotion de ce blog… en faisant de lui une lecture quasi obligatoire pour tous ceux et toutes celles qui désirent savoir ce qui est en train de se passer avec exactitude, et ce qui est en train de mijoter. Non, ce n’est pas un manque de modestie… je vous promets que les deux seules nouvelles que j’aimerais vraiment publier sur ce site du Trastevere à votre égard, ce sont celle de votre démission ou de votre destitution (et il me semble qu’une démission serait à la fois plus honnête et plus digne qu’une destitution) et celle de l’indemnisation escomptée depuis trop longtemps des victimes. Mais il apparaît que pour faire avancer la Légion vers un peu plus de transparence, la seule manière possible, c’est à travers les dénonciations et la vigilance assidue des moyens de communication. C’est vous qui l’avez voulu ainsi… alors nous continuons sur cette voie.

L’un des internautes intervenant habituellement sur ce blog écrivait il y a quelques jours, entre autres choses, cela :

Selon mon pauvre jugement, ce décret est un coup de grâce porté à la raison. On tombe dans des légalismes infantiles, à la sauce mexicaine, avec l’intention de pouvoir continuer à vénérer l’escroc. Ils vont se référer à lui comme fondateur, et ce faisant ils vont le maintenir sur leur autel, avec tout ce que cela implique pour le futur (ce qui est le plus grave, à mon avis). Et puis le fait d’utiliser ses écrits et ses enregistrements, alors qu’aucune étude sérieuse n’a pas encore été faite pour éclaircir l’origine de ces derniers, est irresponsable… ou selon les aveugles de la Légion ’surnaturel’. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui pensent qu’on est en train d’éliminer la figure de Maciel : au contraire, ce décret protège son image et la met en lieu sûr. Le père Peter Byrne lc, dans sa lettre de juillet dernier, vous avait recommandé, tout logiquement, de faire transférer la dépouille de Maciel pour qu’elle soit placée en dessous de l’autel. Le père Alvaro s’est défilé, en citant un numéro du Catéchisme de l’Eglise Catholique (n. 1032) (comme si cela était si important…). Je ne sais pas si vous êtes idiots, sourds ou de mauvaise foi, mais Benoît XVI a dit que c’était UN FAUX PROPHETE !!! Aussi, celui qui désire posséder une photo de Maciel, il serait mieux pour lui qu’on lui remette plutôt des photos de Madona lorsque cette dernière manque de respect à l’égard de l’Eglise !

Ce qui est douloureux, c’est que tout cela est de nouveau blessant pour les victimes de Maciel, et pour tous ces légionnaires qui avaient dans le cœur l’espoir de voir des changements profonds. Alors que continue l’exode de prêtres et de religieux, convaincus que les pratiques macieliques continuent et continueront toujours tant que la direction actuelle – complices à tous points de vue – continueront à gouverner ce qui reste de la LC.

Où que l’on se penche, toute la vie de Maciel était frauduleuse, même si certains « illuminés » continuent d’avoir la conviction du « bien profond » réalisé par ce faux prophète. Escroquerie pour les bienfaiteurs qui ont donné leur argent et leur soutien ; escroquerie pour les prêtres et les religieux qui se sont engagés avec sincérité et pureté d’intention ; escroquerie pour ces malheureux enfants qui, abusés par les faux airs missionnaires du pseudo-prêtre, n’ont pas eu d’autres remèdes que de céder aux bas instincts de ce prédateur.

Ou encore cet autre commentaire :

Maciel ne célébrait pas la Messe, et cela, les supérieurs le savaient. Lorsqu’il se trouvait à Reajo del Roble, « occupé » par la rédaction des Principes et Normes, avec les pères Ferran et Esquivel, ils savaient bien qu’il ne célébrait pas, puisqu’ils étaient avec lui. Croyez-vous qu’ils ont gardé le secret ?… Son manque de piété était une évidence pour les supérieurs. Il ne célébrait pas ni ne priait le bréviaire.

La véritable impiété de cet homme contraste avec la vénération dans laquelle nous vivions tout ce qui était lié au fondateur, et bien entendu, ses célébrations publiques. Une hypocrisie bien difficile à comprendre de la part d’augustes prêtres qui savaient qui était véritablement Maciel. J’ai participé activement, en 1996, à la composition de ces cérémonies très spéciales… avec l’appui du père Renedo.

Et quant à contribuer au faux « mythe », unique en son genre, il y a eu le travail du père Evaristo Sada et d’autres, qui se sont investis pendant des années pour mettre en place cette imposture, en abusant allègrement de notre bonne foi.

Le décret est incomplet et aurait dû être accompagné par certaines mesures. J’ai l’impression qu’ils ont ôté l’étiquette extérieure (en supprimant Maciel) sans donner de raisons… c’est pourtant quelque chose d’indispensable : nous avons toujours besoin de raisons (même la foi en donne ! L’obéissance légionnaire, cependant, en fait défaut).

1.Le décret aurait du être précédé par une synthèse historique qui aurait clarifié certains points névralgiques de la fausse histoire de la Légion et de Maciel. Ses abus sur des enfants pendant les premières années de la fondation. Ce qui s’est vraiment passé entre 1956 et 1959 et la vérité sur les accusations présumées à l’époque. Et faire en sorte que les personnes les plus impliquées (dénigrées et persécutées par l’institution pendant des décennies) obtiennent une véritable réparation morale, en plus d’une indemnisation économique.

2.En plus de cela, ils auraient dû parvenir à la conclusion qu’à cause de toutes ces impostures aujourd’hui dévoilées, ainsi qu’à cause de la gravité des charges d’ordre moral-sexuel, la personne de Maciel, et ce qui émane de lui, ne peut plus servir de référence pour quoi que ce soit.

3.Ses écrits ne devraient pas l’être non plus. En effet, aucun d’entre nous n’aurait l’idée de citer les écrits d’une personne qui a été un « faux prophète », et le fait de cacher les citations me semble un moyen aussi absurde qu’insensé. Ses citations, dans tous les cas, servent à montrer « ce qui ne doit pas être » et s’il lui est arrivé de dire des choses censées et bonnes, comment peuvent-elles paraître crédibles avec toutes ses casseroles ? Plus que des « citations », on a besoin de témoignages vivants… car les citations ne convainquent personne… et bien sûr, si on peut détecter la source, il me semble que c’est une contradiction totale de citer un pervers.

4.Seulement après toutes ces explications, il me semblerait logique qu’on fasse disparaître l’héritage de Maciel. Mais faire en sorte que cela arrive sous l’effet d’un décret, sans donner les raisons, me semble être un commandement intempestif de plus, et dans ce cas incomplet, puisqu’il apparaît qu’ils ont pris toutes ces dispositions contraints par la situation, et non par conviction.

Tout cela est extrêmement clair. Je n’ai rien à ajouter… Enfin, des commentaires, il y en a beaucoup, de même que des articles dans les médias, que vous pouvez lire ici, d’ailleurs. Je n’ai pas envie de vous rappeler maintenant la lettre du père Peter Byrne, ni votre entrevue – la vôtre, père Alvaro – avec l’agence Zenit, lorsque vous avez été élu pour prendre la succession du prédateur. Le temps et d’autres occasions viendront pour cela, j’en suis sûr.

En attendant, je voudrais simplement vous répéter de nouveau le titre de cet article : Par décence, démissionnez ! Selon mon humble opinion, c’est le meilleur service que vous pouvez faire à l’Eglise, au RC, aux victimes et à vous-même. Prosternez-vous humblement devant Dieu (souvenez-vous de ce geste, que vous avez fait lors de votre ordination sacerdotale) et méditez sur tout cela.