LEGION DU CHRIST & REGNUM CHRISTI / Père Marcial Maciel

Pervers sexuel, pédophile, bisexuel, psychopate, morphinomane, faussaire, plagiaire, usurpateur d’identité, menteur, manipulateur, intriguant, incestueux, escroc, voleur, criminel, apostotat et sacrilège… et fondateur de l’une des congrégations les plus influentes de l’Eglise Catholique : les légionnaires du Christ.

Des actes et des abus sexuels, mais également des violences psychologiques afin d’empêcher les enfants de parler à leurs parents lorsqu’ils retournaient chez eux quelques jours.

Selon une déclaration officielle de Légion du Christ, le père William Brock, d’origine américaine, tristement connu parmi les anciens légionnaires comme « Le fléau de Salamanque » en raison de sa cruauté systématique à l’égard des jeunes séminaristes confiés à ses soins, vient d’être nommé « Directeur Spirituel » d’un groupe d’enfants se préparant à devenir prêtre dans un petit séminaire de la Légion du Christ.

Par Jason Berry. The Daily Beast, 6 novembre 2016. Roberta Garza a eu le cœur déchiré cette semaine lorsqu’elle a lu dans un article d’Associated Press que son frère aîné, le père Luis Garza, 58 ans, était accusé d’agression sexuelle dans une plainte déposée au civil à Waterbury, dans le Connecticut.

Le prêtre irlandais John O’Reilly, condamné au Chili à quatre ans de liberté surveillée pour abus sexuels sur mineure, devra répondre de ses actes devant la justice du Vatican, a annoncé lundi la congrégation des Légionnaires du Christ, que le religieux a dirigée par le passé.

A propos de ce qui arrive au sein de la Légion du Christ, il y a toujours deux versions : l’officielle… et la vérité. La Légion est très efficace quand elle doit donner sa version des faits. En l’occurence, elle attribue le suicide de ce pauvre religieux à des problèmes personnels de santé mentale et de dépression.

Un livre d’investigation vient de paraître au Mexique sur le fonctionnement économique de la Légion du Christ. Après deux ans d’enquête, le journaliste Raúl Olmos reconnait que les réformes du Vatican n’étaient qu’un simple ravalement de façade : le système financier mis en place par le père Maciel (opaque, pervers et contraire à tous les enseignements de l’Eglise) reste inchangé.

Instrument de Dieu… ou de Satan ?
Je viens de participer au Congrès annuel de l’association Survivor Network of those Abused by Priests (Réseau des personnes ayant survécu à des abus sexuels perpétrés par des prêtres) qui avait lieu à Alexandria, en Virginie (USA). J’ai eu l’occasion de parler du père Maciel, de la Légion du Christ et du mouvement Regnum Christi avec un bon ami, très compétent sur ce sujet. Ces échanges m’ont amené à réaffirmer un certain nombre de convictions. J’ai ensuite ressenti le besoin de passer tout cela par écrit.

Samedi 27 juin 2015, Xavier Léger a donné une conférence lors du congrès de l’ICSA (International Cultic Studies Association) à Stockholm. Au cours de son intervention, il a expliqué les mécanismes de ré-écriture de l’histoire à l’œuvre dans la Légion du Christ et dans l’Eglise Catholique.

Cet article, publié il y a quelques jours sur le site italien Micromega, soulève un certain nombre de questions sur la gestion de l’affaire du fondateur des légionnaires du Christ par Jean-Paul II et Benoît XVI. Les éléments dont nous disposons sont encore plus désolants que ce que le journaliste Federico Tulli révèle ici. Mais c’est un bon début.

Au Mexique, la plus grande partie des richesses du pays appartient à une minorité de la population. Une injustice sociale cautionnée depuis des années par la Légion du Christ. Un groupe d’élèves de l’institut Cumbres (école destinée aux enfants des élites de la nation) a produit récemment une vidéo bling bling et machiste pour promouvoir leur bal de fin d’année… Consternant.

C’est sans doute l’ironie de l’histoire : l’organisme de santé Recovery Centers of America, basé en Pennsylvanie, a fait une offre de 5 millions de dollars pour le rachat d’une propriété qui accueillait autrefois l’Académie de l’Immaculée Conception, un pensionnat dirigé par la Légion du Christ, un ordre fondé par un prêtre morphinomane.

PLAYA DEL CARMEN, MEXIQUE. Le prêtre catholique Pablo Pérez Guajardo, qui a du faire face aux représailles de Mgr Pedro Pablo Elizondo (l’évêque de la Prélature de Cancún-Chetuma, qui est membre de la congrégation des légionnaires du Christ), pour avoir émis des critiques publiques à l’égard des légionnaires du Christ – ordre auquel lui-même appartenait – en raison du passé scandaleux du fondateur de cette congrégation doit aller cette semaine au Vatican pour exposer son cas devant les autorités ecclésiastiques, car certaines personnes « sont curieuses de le rencontrer et de l’écouter ».

Des journalistes d’Amérique latine ont révélé récemment que la congrégation des légionnaires du Christ, à l’instar de certaines personnalités publiques, a utilisé pendant des années la législation unique du Panama en matière fiscale afin de détourner des fonds.

Avant de devenir pré-candidate [1], j’étais une adolescente comme les autres, et je commençais à avoir l’art de m’attirer les ennuis. A la fin de ma première année au lycée catholique du coin, ma vie est devenue compliquée : je passais mon temps à mentir à mes parents, à m’opposer à eux, je fuguais la nuit pour aller voir les garçons et des trucs comme ça.

La famille qui a aidé le père Maciel à s’introduire en Espagne se bat actuellement contre la congrégation religieuse pour récupérer une propriété familiale.

La nièce d’une femme qui a donné plus de 60 millions de dollars à la Légion du Christ, une congrégation catholique aujourd’hui tombée en disgrâce, demande à la Cour suprême de Rhode Island l’autorisation d’attaquer la congrégation religieuse afin que cette dernière restitue l’héritage et le transmette à une œuvre plus méritante.

Le Troisième Tribunal pénal de première instance de Santiago a condamné le père John O’Reilly à une peine de quatre ans et un jour d’emprisonnement avec sursis, et liberté surveillée, pour des crimes d’abus sexuel.

Comprendre la vraie nature des fruits d’une communauté controversée n’est pas une chose aisée, car en ce domaine, les apparences sont souvent très trompeuses. Conférence de l’ancien légionnaire du Christ, Paul Lennon, lors du Congrès de l’ICSA de 2012, à Montréal.

La sulfureuse congrégation des légionnaires du Christ, toujours confrontée aux conséquences non résolues de son infâme fondateur, va peut-être connaître un retour en grâce avec le développement du Magdala Center, sur les rives de la mer de Galilée, en Terre Sainte. La congrégation mène une grande campagne de collecte de fonds pour couvrir les dépenses estimées à 100,000,000 $.

Avec l’aimable autorisation de son réalisateur, Bernard Nicolas, nous publions aujourd’hui un reportage qui offre un bon résumé sur le scandale de la Légion du Christ et de son sinistre fondateur. Hélas, l’eau ayant déjà beaucoup coulé sous les ponts, il n’est plus tout à fait à jour. La Légion du Christ a en effet réalisé en janvier 2014, non sans un certain cynisme, un Chapitre Général… qui, à la grande stupeur des victimes de la congrégation, s’est avéré n’être qu’une énième opération de com’.

Dans une interview pour le site Internet AlfayOmega, le père Benjamin Clariond, porte-parole des légionnaires du Christ, manifeste… que rien n’a changé dans la Légion ! Oui, l’esprit de Maciel a bel et bien survécu… Source : Veritas Liberabit Vos.

Au mois de janvier 2014, nous avions adressé une lettre aux prêtres qui participaient au Chapitre Général de la Légion du Christ. Les questions que nous leur posions étaient d’une telle gravité, que nous considérions la réponse de la Légion comme le gage du sérieux des réformes annoncées. Hélas, nous n’avons jamais reçu de réponse… Ci dessous, nous reproduisons ce questionnaire, auquel nous avons ajouté quelques commentaires (voir les cadres).

Nous apprenons le décès du père Alvaro Corcuera, des suites d’une longue maladie. De 2005 à mars 2014, il a été à la tête de la Légion du Christ. C’est le fondateur de cette congrégation lui-même, le père Marcial Maciel, coupable de pédophilie, bigamie, inceste, escroquerie, etc., qui l’avait clairement recommandé pour prendre sa succession. Nous prions spécialement pour lui au moment où il se présente devant Dieu [1]

La Légion prétendument « nouvelle » reprend ses bonnes vieilles pratiques. Cette fois, elle s’en prend à un prêtre dont elle essaye de détruire la réputation par des calomnies. Les légionnaires ne l’accusent de rien précisément, mais font courir l’information selon laquelle il n’est plus en possession de ses facultés mentales. Cette technique était très souvent utilisée par le père Maciel, qui n’hésitait pas à envoyer tel prêtre ou telle consacrée suivre des traitements psychiatriques. On lira à ce sujet la lettre du prêtre mexicain Pablo Pérez Guajardo sur les circonstances dans lesquelles il a été écarté de la Légion pour l’avoir critiquée.

Fin 1958 ou début 1959, dans des conditions mystérieuses, Maciel est rétabli dans ses fonctions. Tous les rapports n’auront servi à rien, hélas. Pour aller encore plus loin dans la bêtise, l’un des deux visiteurs, Mgr Polidoro Van Vlierberghe, va même proposer de décerner le Decretum Laudis à la Légion, en réparation des préjudices subis. Sic.

La première bombe éclate le 23 février 1997, aux Etats-Unis, dans le prestigieux Hartford Courant, le plus grand quotidien du Connecticut. Malgré les pressions exercées par la Légion du Christ, le journal américain prend le risque de publier un article d’investigation co-signé par deux grands noms du journalisme : Gerald Renner et Jason Berry.

Jusqu’à présent, le Vatican s’est révélé incapable de prendre des décisions responsables pour mettre le fondateur criminel hors d’état de nuire. Mais ce n’est pas encore fini : en 1962, les autorités de l’Église vont lui permettre d’échapper aux instances judiciaires espagnoles. C’est ce que révèle ce rapport accablant [1] du secrétaire du Nonce Apostolique d’Espagne à la Congrégation pour les Religieux.

Le pape Jean-Paul II est à juste titre reconnu pour avoir contribué à faire tomber le communisme, pour avoir inspiré une nouvelle génération de catholiques avec ses nombreux voyages autour du monde et pour avoir expliqué l’enseignement de l’Eglise sur un ensemble de sujets brûlants alors que le christianisme était en train d’entrer dans son troisième millénaire. Mais le scandale des abus sexuels qui pourrissait sous ses yeux reste le point noir de son héritage.

Nous publions aujourd’hui les principaux extraits de la fameuse lettre envoyée par huit anciens légionnaires du Christ au Pape Jean-Paul II, en novembre 1997. Une lettre, qui sera suivie d’une plainte canonique quelques mois plus tard.

Jusqu’à la fin de son pontificat, qui a duré 26 ans, le défunt pape Jean-Paul II et ses principaux conseillers n’ont pas saisi la gravité du problème des abus sexuels, et en particulier les soucis relatifs à la congrégation controversée des légionnaires du Christ et à son chef, le père Marcial Maciel. Mais les problèmes de la Légion n’étaient pas nouveaux pour le Vatican. C’est ce que révèle un véritable trésor de 212 documents issus du Vatican et présentés dans le livre « La volonté de ne pas savoir ». [1]. Voici un aperçu des éléments les plus confondants sur Maciel issus de ces archives (A noter que ces archives incluent également des lettres d’éloge provenant d’évêques et de hauts responsables du Vatican).

Le document présenté ci-dessous propose une nouvelle synthèse des différentes étapes de la saga rocambolesque du père Maciel. Le point intéressant, c’est que ce rapport montre bien que les services de la Congrégation pour les Religieux ont beau faire toutes les enquêtes nécessaires… cela ne sert à rien, car Maciel jouit d’une impunité qui lui vient des plus hautes autorités de l’Église.

Le 13 octobre 1956, Mgr Valeri nomme le père Anastasio Ballestrero comme visiteur apostolique. Il s’agit du Supérieur Général des Carmes Déchaux, un homme d’expérience, qui perçoit très vite les dérives sectaires de la congrégation du père Maciel.

Francisco Gonzalez Parga a été l’une des victimes du père Maciel. Il a raconté son histoire dans un petit livre (Yo acuso al padre Maciel y a la Legion de Cristo), qui devrait bientôt être publié en français. Dans un chapitre, que nous publions ci-dessous, il explique comment Maciel a réussi à manipuler les choses à son avantage et sortir indemne de l’enquête du Vatican.

Lorsque le père Maciel est destitué (fin 1956), le père Ferreira Correa se retrouve propulsé à la tête de la congrégation. Mais Maciel réussi à monter tous les légionnaires contre Ferreira, leur faisant croire que ce dernier a organisé un putsch afin de s’emparer du pouvoir.

Dans les premières années de la Légion du Christ, le père Marcial Maciel a compris que pour pénétrer dans les zones anglophones du monde, il lui fallait passer par l’Irlande. Un documentaire exceptionnel diffusé sur la chaîne irlandaise RTE.

Le récit des accusations, qui sera présenté lors du procès par le ministère public pour accréditer les charges contre le père O’Reilly, légionnaire du Christ, sera étayé par plus d’une centaine de témoins et d’experts

L’Associated Press informe qu’un juge fédéral de Rhode Island « a donné son accord pour qu’une poursuite judiciaire ait lieu contre la Légion du Christ, un ordre religieux catholique romain, mettant fin aux tentatives de la congrégation d’enterrer ce dossier relatif au leg d’un million de dollars d’un ancien professeur de l’Université de Yale. »

Nous publions aujourd’hui une synthèse réalisée (vraisemblablement en 1957) par la Sacrée Congrégation pour les Religieux à partir de toutes les accusations et tous les rapports établis sur le père Maciel à cette époque. On reste sans voix…

Alors que les légionnaires n’en finissent pas de s’auto-féliciter, l’excellent site Veritas liberabit vos (la vérité vous rendra libre) propose quelques éléments de réflexion sur les conclusions de la farce du Chapitre Général de la Légion du Christ.

Le document qui suit est une lettre écrite par le père Federico Dominguez, un religieux espagnol qui avait quitté le séminaire des jésuites pour rejoindre la Légion du Christ. Elle est adressée au vicaire de l’archidiocèse de Mexico. Malgré la gravité de ses accusations, cette lettre sera sans effet.

Alors que les légionnaires célèbrent la fin de leur processus de réforme, du côté des victimes, c’est la consternation : Après nous avoir évincé de toutes les étapes de leur fameux processus de réforme, les légionnaires n’ont même daigné répondre aux questions que nous leur avions adressées. Et ils disent qu’ils ont changé ! Sic. Nous publions ci-dessous la dernière interview donné par l’ancien légionnaire du Christ Xavier Léger au journal Golias.

Alors que le journal Golias publie cette semaine une nouvelle interview de Xavier Léger, auteur du livre « Moi ancien légionnaire du Christ », avec le journaliste Bernard Nicolas (Ed. Flammarion), nous publions l’interview qu’il avait donné à ce même journal, en septembre 2013, lors de la sortie de son témoignage.

Ma mère possédait une bague dont elle ne se séparait jamais. C’est mon père qui lui avait offert. Lorsque ce dernier est mort, Maciel est venu rendre visite à ma mère, et il lui a rappelé combien son mari défunt avait été généreux avec eux.

Le 6 février 2014, les participants au Chapitre Extraordinaire de Légion du Christ ont fait connaitre la composition de la nouvelle équipe dirigeante de la congrégation, et ont également rendu public une déclaration. Le collectif « Appel de Lourdes 2013 » répond par un communiqué de presse et par une lettre ouverte aux pères capitulaires.

Ne vous réjouissez pas trop vite : ce n’est pas la première fois qu’ils nous font le coup, et ce ne sera pas la dernière. Les Légionnaires du Christ viennent de publier un communiqué larmoyant dans lequel ils s’accusent de beaucoup de choses… tout en piétinant, une fois de plus, la justice et la vérité. Nous ne sommes plus dupes de leurs mensonges. Décryptage réalisé par le site Veritas liberabit vos.

La lune de miel du Pape François est terminée. Tout le charme du Pontife religieux bien intentionné est maintenant derrière lui. A court terme, François va devoir faire face à deux défis majeurs : Le rapport très sévère de la Commission sur les Droits de l’enfant des Nations Unies, à Genève ; et la rénovation des Légionnaires du Christ.

Le collectif à l’origine de l’Appel de Lourdes 2013 diffuse un dossier sur la Légion du Christ. Il consiste en une lettre signée par plusieurs anciens membres de la Légion du Christ ou du Regnum Christi accompagnant un questionnaire précis et documenté adressé au chapitre de la Légion à la veille de son ouverture, le 8 janvier.

Le document qui suit est une lettre signée par un groupe (« plus de 20, moins de 100 ») de prêtres légionnaires et de prêtres sortis de la congrégation. Elle a été envoyée au pape au mois de juin 2013. D’après le site qui a publié cette lettre, ces prêtres auraient reçu une réponse digne d’intérêt, mais, pour certaines raisons, ils ne peuvent pas encore la rendre publique.

Le 11 septembre dernier, le père Peter F. Byrne, légionnaire du Christ, a envoyé une lettre à ceux qui espéraient une véritable réforme, et que la justice soit rendue aux victimes du père Maciel. Avec un peu de retard, nous publions cette lettre qui révèle d’un côté la prise de conscience de certains, et de l’autre, l’indécrottable déni des supérieurs de l’ordre. A cause de ses positions, le père Byrne a été mis en quarantaine pendant des mois. Au dernières nouvelles, il aurait fini par quitter la congrégation, dépité.

Jason Berry, le journaliste américain qui s’est distingué par ses articles et ouvrages d’investigation sur les crimes du père Maciel et sur les mécanismes de corruption au sein de la Légion et du Vatican, vient de reprendre la plume pour faire un état des lieux (désastreux) sur la Légion du Christ, quelques jours avant le Chapitre Général.

Nous publions aujourd’hui un article saisissant, sans doute rédigé par un membre tout juste sorti de la congrégation, et très bien informé. Les éléments décrits dans cet état des lieux corroborent toutes les informations que nous recevons par ailleurs. Le site sur lequel cet article avait été publié ayant mystérieusement disparu, nous avons mis en dessous la version originelle, en anglais.

Voici la lettre de départ envoyée par le père Deomar de Guides au père Sylvester Heereman, le vicaire général de la Légion du Christ. Cette lettre donne un aperçu du problème auquel se trouve actuellement confrontée la congrégation, quelques semaines avant le début du Chapitre Général censé achever son processus de rénovation.

« Les abus étaient permanents, dans tous les centres (…). Le Vatican était au courant de la situation »

Le témoignage déchirant de l’une des huit victimes qui ont dénoncé les crimes de Marcial Maciel.

La Légion du Christ a-t-elle été réformée ? A quoi ressemblent ces réformes ? Une rencontre historique à Rome, qui commencera le 8 janvier 2014, permettra de répondre à quelques-unes de ces questions.

Par Tom Hoopes, directeur exécutif du National Catholic Register de 1999 à 2009, et ancien membre du Regnum Christi

Un article mettant en cause deux prêtres légionnaires appelés à participer au Chapitre Général de la Légion du Christ en janvier 2014 a été publié il y a quelques jours sur un site hispanophone. J’ai senti le devoir moral de présenter mes excuses aux personnes humiliées par ces nouvelles révélations.

Au moins maintenant, les choses sont claires. Que ceux qui craignaient une évolution des mentalités se rassurent : l’esprit du père Maciel continue plus que jamais à hanter la Légion du Christ. Il a même trouvé un soutien et avocat inespéré en la personne du délégué pontifical, afin de défendre et parachever son œuvre diabolique.

Edward Peters, docteur en Droit et en Droit Canonique, s’interroge sur la viabilité des réformes entreprises pour sauver la congrégation des légionnaires du Christ. Pour lui, il n’y a rien à réformer, car la structure est viciée à la racine. Ce sont ses membres dont il faut s’occuper, et éventuellement replacer dans des communautés saines.

Cité du Vatican (AP) – D’abord l’un des plus hauts responsables de la Légion du Christ claque la porte de la congrégation religieuse controversée, écœuré par la lenteur des réformes. Ensuite, des prêtres de cette communauté sectaire, jadis protégés par le père Marcial Maciel, fondateur de triste mémoire, sont sur le point d’élire leur nouveau chef.

La lettre du père Sylvester Heerman, relatifs aux abus sexuels commis par des membres de la congrégation contient de nombreuses imprécisions, ainsi que quelques mensonges. Décryptage. Article original en espagnol sur le site Veritas liberavit vos.

Voici un petit article tout à fait prophétique sur la situation de la Légion du Christ, quelques mois avant son grand chapitre général. Original en anglais sur le site micasonoscemoio.

Un haut responsable des Légionnaires du Christ a démissionné, découragé de ne voir aucun changement en profondeur dans cette congrégation religieuse fortement ébranlée par les révélations sur son fondateur, le P. Marcial Maciel, selon des sources informées citées par l’AFP. Source : Journal La Croix

Comment dans les communautés déviantes en « refondation » reconsidérer le rapport de l’état de sujétion et de la Justice ? La lettre suivante, publiée il y a quelques jours sur le blog de Paul Lennon, montre que la véritable difficulté, ce n’est pas tant de redéfinir le charisme ou de ré-écrire les Constitutions… mais de parvenir à une véritable conversion des cœurs.

Voici le témoignage poignant de Peter Kingsland, un père de famille, dont la fille unique a été happée il y a une vingtaine d’années par le Regnum Christi. Epouvanté par le fonctionnement sectaire de ce groupe et par la gestion déplorable du dossier Maciel par les autorités de l’Eglise, Peter a décidé de témoigner lors du Congrès annuel de l’ICSA de 2012, à Montréal.

A côté de ça, l’affaire des Vatileaks… c’est du pipi de chat ! Voici l’index des 212+1 documents qui constituent le dossier « Légionnaires du Christ », provenant des Archives du Vatican.

Un documentaire exceptionnel de Bernard Nicolas et Linda Salas Vega pour l’émission Spécial investigation 52 mn. Première diffusion : le lundi 15 avril 2013, à 22h50, sur Canal +

Trois cardinaux, très influents dans la curie romaine, sont allés parler aux légionnaires du Christ, en novembre 2008, pour les dissuader de se poser trop de questions sur leur fondateur. Ces prélats vont jusqu’à « absoudre » le père Maciel, saluer sa « prudence » (pour avoir bien dissimulé sa double vie) et osent le comparer au grand Roi David !

On reste sans voix.

La Marne - Mercredi 10 avril 2013

Des religieux de l’école apostolique de l’Immaculée Conception de Méry-sur-Marne s’adonnaient, en 2004 et 2005, aux attouchements sexuels, voire aux agressions sexuelles sur de jeunes élèves âgés de neuf à douze ans.

Au terme de toutes les révélations qui ont été faites au sujet du fondateur de triste mémoire de la congrégation des Légionnaires du Christ, que sait-on exactement sur sa double, triple ou quadruple vie ? A-t-il, comme le suggèrent certains, construit la Légion pour avoir son propre harem de jeunes garçons à sa disposition ?

Le cri d’alarme de Michael Langone, directeur de l’ICSA, reconnu comme l’un des plus grands experts mondiaux du phénomène sectaire, à propos de la Légion du Christ et du Regnum Christi. Dans cette intervention, il invite les dirigeants de l’Eglise à ne pas se laisser berner par les apparences : la Légion laisse derrière elle des âmes brisées et des vies détruites.

Cet article analyse la vie quotidienne des Légionnaires du Christ à la lumière de certaines caractéristiques propres aux groupes usant de techniques de manipulation mentale. L’étouffement de la réflexion critique, l’utilisation abusive de techniques de méditations lénifiantes, la multiplication de règles scrutant chaque aspect de la vie quotidienne, le contrôle des informations entrantes et sortantes, le tout successivement analysé par l’auteur, étaye la thèse selon laquelle la Légion du Christ exerce une emprise excessive sur la pensée, les émotions et les comportements de ses membres.

Le père Peter Cronin (1949-1999), prêtre irlandais, a été Légionnaire du Christ pendant vingt ans… avant de rejoindre l’archi-diocèse de Washington, en 1985. Il est le fondateur d’un réseau d’anciens légionnaires, futur ReGAIN Network. Le 23 octobre 1996, il écrit à Pat Kenny, un animateur de radio, qui s’était intéressé à la question des dérives sectaires de la Légion du Christ.

Voici l’histoire du père James Manus McIlhargey, prêtre légionnaire du Christ, mort à 59 ans… en disgrâce au sein de sa propre congrégation, pour avoir contesté, petit à petit, les différentes formes d’abus psychologiques et spirituels inhérentes à la Légion du Christ. Texte original, en anglais, sur le site de Regain Network.

Glenn Favreau est un ancien légionnaire du Christ américain, qui a travaillé plusieurs années à la Direction Générale, à Rome. Après avoir quitté la Légion, il est devenu avocat. Le texte qui suit est un document magistral qui montre comment une structure coercitive comme la Légion du Christ ne doit sa survie qu’à une malhonnêteté structurelle et indécrottable.

Voici la fameuse lettre de l’ancien légionnaire, Juan José Vaca, qui a été abusé par le père Maciel pendant toute son adolescence. Après un long temps de reconstruction, il a décidé de dénoncer le père Maciel, sans succès. Juan José Vaca est devenu professeur de psychologie à New York, USA.

Le père Ferreira Correa, jeune prêtre diocésain, avait été confié par son évêque au père Maciel pour seconder ce dernier dans son projet de fondation. En 1956, après avoir tout essayé pour aider le père Maciel à sortir de ses addictions, il finit par alerter lui-même les autorités ecclésiales sur les turpitudes du fondateur.

Le reportage suivant a été diffusé sur une chaîne chilienne à l’automne 2009, quelques mois après la révélation de la double vie du père Marcial Maciel. On y entend les témoignages poignants des anciennes victimes du fondateur de la Légion du Christ.

Voici le témoignage d’Alberto Athié, un prêtre diocésain mexicain qui a eu le malheur de prendre la défense des victimes du père Maciel… et a subit la foudre de son Église à cause de cela, au point de devoir quitter le sacerdoce.

Rome, 1946. Alors que le pays est encore en plein chaos économique, au lendemain de la seconde guerre mondiale, un étrange jeune prêtre vient à la rencontre de quelques responsables du Vatican. Issu d’une famille de l’aristocratie provinciale mexicaine, Marcial Maciel Degollado n’est prêtre que depuis deux ans, et pourtant il dirige déjà sa propre congrégation religieuse.

Le défunt père Maciel a été jadis le plus grand collecteur de fonds de l’Eglise Catholique, ainsi qu’une figure charismatique connue pour ses talents de recruteur, à une époque de pénurie vocationnelle. Mais derrière cette imposante façade, Maciel était un pédophile notoire et le père indigne de plusieurs enfants obtenus avec différentes femmes.

Voici une lettre que le père Marcial Maciel a adressé un jour à un père de famille qui s’opposait à la vocation consacrée de sa fille. Cette lettre était fréquemment utilisée par les « recruteurs vocationnels » dans leur apostolat. Même si cette lettre a sans doute été rédigé par les sbires de Maciel, elle reflète bien la pensée perverse du fondateur et la spiritualité venimeuse de la Légion. En rouge, mes commentaires.

C’est sans doute le plus grand danger de la vie spirituelle, l’antithèse même de la sainteté : le désir d’être parfait. C’est un piège spirituel très pernicieux, car il signe l’arrêt de mort de la vie spirituelle. Comment devenir saint, si je crois que le principe de ma sainteté se trouve en moi-même plutôt qu’en Dieu ?

« Je n’aurais jamais choisi un tel chemin pour ma vie… Lorsque j’ai fait la connaissance de cet homme, j’étais mineure… Ni ma fille, ni moi-même, n’avons su qui il était vraiment jusqu’à la fin ». C’est la première fois que Norma Hilda Baños met des paroles sur sa propre histoire et, avec ces derniers, le secret gardé depuis si longtemps, le péché qui la poursuit, prend corps devant elle.

Dans la Légion, la « vertu évangélique » de discrétion est pratiquée, spécialement avec les étrangers. Une telle prudence est prétendue nécessaire pour la préservation et la défense de la Congrégation, ainsi que pour des raisons « d’efficacité apostolique », afin que les légionnaires puissent jouir d’une plus grande liberté d’action.

Le prêtre américain Thomas Berg, à sa sortie de la Légion du Christ en avril 2009 a été incardiné dans le diocèse de New-York. Il explique sereinement les enjeux de l’enquête menée par le Vatican chez les Légionnaires du Christ, après les révélations concernant leur fondateur.

Cette lettre écrite par Mgr O’Brien, évêque de Baltimore, en juin 2008, en dit long sur la nature des méthodes d’enrôlement au sein des Légionnaires, et le malaise que ces méthodes provoquent dans les diocèses.

Articles : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | Tout afficher